×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Caviar : 5 conseils pour le vendre intelligemment

Restauration - jeudi 3 novembre 2022 16:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Produit de fête par excellence, le caviar déclenche les ventes d'un plat. Toutefois, dans un contexte économique difficile, les consommateurs sont de plus en plus vigilants sur les prix, il convient de garder un tarif cohérent.



Lotte et caviar d'Aquitaine à La Bastide des Magnans à Vidauban.
© Marie Tabacchi
Lotte et caviar d'Aquitaine à La Bastide des Magnans à Vidauban.

► Différentes variétés et gammes

- Le caviar baeri est le plus répandu, il arrive à maturité le plus rapidement et son prix attractif constitue l’entrée de gamme, idéal pour faire découvrir le produit à des non-initiés. Il en est de même pour le transmontanus (esturgeon blanc).

- Les variétés hybrides, comme Krystal chez Kaviari ou Daurenki chez Petrossian, ont l’avantage d’avoir une belle tenue, une couleur dorée qui offre une belle esthétique sur l’assiette.

- L’osciètre, la variété la plus prestigieuse, a une belle longueur en bouche, des grains réguliers et des saveurs subtiles tendant sur un goût de noisette.

- Le béluga, le plus cher (quinze ans avant d’arriver à maturité) car le plus rare, a un effet spectaculaire dans l’assiette avec ses gros œufs.

► Origine et élevage

Depuis que le marché a été remplacé par de l’esturgeon d’élevage, l’origine n’est plus le premier critère de choix : l’élevage a parfois lieu dans un pays différent de l’abattage. La qualité de l’eau, la densité de poissons, la nourriture sont des éléments déterminants pour évaluer la qualité des œufs. L’origine France a tendance à plaire au consommateur, tandis que des pays comme Madagascar se font une place sur le marché grâce à des produits qualitatifs à prix très attractifs.

► Goûter pour choisir

Difficile de s’y retrouver pour un produit aussi subtil, l’utiliser uniquement pour la décoration de l’assiette serait une erreur commerciale ! Les variétés hybrides sont appréciées pour l’esthétique sur l’assiette avec un bon rapport qualité-prix, l’osciètre a les faveurs des chefs pour son goût et son prestige. En revanche, le goût iodé n’est pas un indicateur, les producteurs salant à peu près tous au même niveau. Seule solution, goûter pour vérifier la saveur, la couleur et la taille des grains.

► Associer le caviar

- Produit fin, subtil mais cher, il doit être l’élément phare du plat. La base doit être assez neutre, l’accompagnement pas trop marqué : une pomme de terre ratte ou un blinis sont idéaux. On peut le servir avec un vin blanc pas trop parfumé, une vodka blanche mais surtout pas aromatisée. Les puristes l’apprécient seul !

- Le caviar se sert entre 10 et 12 °C. Il faut éviter la température trop basse d’une base glacée qui va amoindrir les arômes.

- Quelques accords réussis : avec la Saint-Jacques, de la chair de tourteau, des poissons blancs. Avec des œufs, en cocotte ou mouillette, on peut garder un prix de vente cohérent.

► Diminuer le coefficient pour mieux vendre

Si la mention caviar déclenche les ventes d’un plat, il faut être vigilant à maintenir un prix psychologique attractif. Certains appliquent le coefficient sur le plat mais pas sur le caviar et misent sur le volume de vente. Dans le cas, d’un coefficient global, attention à rester raisonnable pour éviter une envolée des prix. Logiquement, le caviar sera le seul produit noble du plat et sera associé avec des produits simples et peu onéreux.

 

#produitsdefete #caviar


Marie Tabacchi
Journal & Magazine
N° 3786 -
25 novembre 2022
N° 3785 -
12 novembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gagner en rentabilité en améliorant sa marge brute
par Christopher Terleski
Services