×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Le P'tit Polyte conforte la renommée du Chalet Mounier

Restauration - mardi 6 septembre 2022 12:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :

Les Deux-Alpes (38) Malgré la fermeture anticipée du ski sur glacier, la saison estivale 2022 aura été correcte au Chalet Mounier, belle maison familiale de 140 ans d'âge dotée du seul restaurant étoilé de la station.



Passé l’euphorie des deux dernières saisons estivales, le Chalet Mounier, seul hôtel-restaurant 4 étoiles des Deux-Alpes (Isère) a retrouvé cet été son niveau d’activité d’avant Covid. “Mais l’été 2022 a été bien particulier”, résume Alban Mounier, propriétaire de ce chalet de montagne, ancienne ferme d’alpage datant de 1879, transformée au cours des générations en un établissement haut de gamme. Si la fermeture anticipée du glacier aux skieurs, le 10 juillet, a mis un coup d’arrêt brutal à l’arrivée de cette clientèle dans la station iséroise, l’établissement a pu limiter l’impact de cet imprévu. Grâce au partenariat noué de longue date avec le TO Trek Travel, organisateur de séjours de vélo de route, le Chalet Mounier a retrouvé sa clientèle américaine, absente depuis deux ans.

Une équipe renforcée

Pour tenir son rang, maintenir sa qualité de service et instaurer 1,5 jour de repos hebdomadaire pour le personnel, le propriétaire a choisi de renforcer cet été son équipe de cinq postes (cuisine, salle et étages). “Nous avons pris le risque d’augmenter notre masse salariale de 50 000 € sur deux mois et demi”, indique le directeur. Une situation plutôt anxiogène au vu du planning début juillet.

Même sa table étoilée, Le P’tit Polyte, a connu une semaine où seules trois tables sur six étaient remplies. “Les gens réservent vraiment en dernière minute”, constate Alban Mounier. Avec le risque, comme en août, de ne plus avoir de place pour déguster les mets préparés par ses chefs, Tanguy Rattier au fourneau et Juan Leiro en pâtisserie.

Intimiste et montagnarde, la salle offre un écrin raffiné au voyage gastronomique proposé le soir, du mardi au samedi, autour de trois menus (86 €, 115 € et 132 €). Cet été, le ticket moyen a été de 120 € personne. “Mais cela monte souvent à 180 €, contre 130 € voilà trois ans”, note le directeur, qui réfléchit à inscrire aussi à la carte “un corps de menu avec les envies du chef, qui aime bien cuisiner de façon instinctive”. Alban Mounier envisage également d’agrandir sa table gastronomique d’ici deux ans, pour proposer jusqu’à 30 couverts. Dès cet automne, il va déjà investir 450 000 € pour réaménager l’accueil et rénover sa piscine extérieure.

 

#ChaletMounier #PtitPolyte #AlbanMounier


Nathalie Ruffier
Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Orientation scolaire et formations pour adultes en CHR
par Virginie Barret et Jean-Philippe Barret
Services