×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Sergio Calderon : "Le sommelier doit être le complice du convive"

Restauration - mardi 15 février 2022 12:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Laguiole (12) Depuis plus de trente ans aux côtés de la famille Bras, celui que rien ne prédisposait à évoluer dans le monde du vin a conquis les membres des Grandes tables du monde, qui l'ont sacré meilleur sommelier de l'année.



Sergio Calderon ne le cache pas : 'Mon métier de sommelier, c'est à la France que je le dois.'
Sergio Calderon ne le cache pas : 'Mon métier de sommelier, c'est à la France que je le dois.'

Les concours, Sergio Calderon n'en est pas friand. Pour être sacré par les membres de l'association Les Grandes Tables du monde, il n'a pas eu besoin de plonger dans les livres ni de se remettre en cause pendant des mois de préparation. Une récompense dont il apprécie la symbolique : “Meilleur sommelier de l'année, c'est la récompense de toute une trajectoire...”

Une trajectoire qui débute par un coup de foudre, chez lui en Argentine, lorsqu'il croise la route d'Evelyne, une touriste originaire du Tarn. “Je l'ai suivie en France et comme nous nous sommes mariés très jeunes, il m'a fallu rapidement trouver un travail. C'est comme cela que j'ai débuté dans la restauration, à la plonge...” Après avoir lavé et essuyé bien des verres, il s'est intéressé à la manière de les remplir et de les servir en profitant des conseils du sommelier belge Christian Lambert. À la curiosité qui lui permet d'acquérir de solides bases sur le tas, il ajoute ensuite des formations et enfin un long séjour en Angleterre.

De son retour en France, il n'a qu'une idée en tête, rejoindre Laguiole (Aveyron) et la famille Bras. Vœu exaucé à l'issue d'un entretien passé alors avec Ginette Bras, l'épouse de Michel Bras. Plus de trente ans après, l'Argentin est toujours fidèle à l'Aubrac qui lui rappelle parfois son pays. Ici, il a vécu le passage à trois étoiles Michelin puis le choix de Sébastien Bras de renoncer à cette reconnaissance afin de décharger son équipe du poids de la pression. “Cela n'a rien changé à l'exigence qualitative de cette maison ni à la liberté dont j'ai toujours bénéficié pour choisir les vins proposés à notre carte qui compte aujourd'hui plus de 1 800 références et un stock d'environ 25 000 bouteilles. Un volume un peu à la baisse en raison du Covid.”

 

“Une bouteille bien choisie est mieux perçue qu’une multitude de verres”

Un large choix qui lui permet de répondre à toutes les attentes. “En plus de trente ans, j'ai vu le consommateur changer. Il laisse un peu de côté les belles étiquettes, qui sont parfois un peu figées, pour aller vers des découvertes.”

Et si 85 % de la cave est constituée de vins français, avec une large place accordée aux appellations de l'Occitanie, le reste propose une ouverture sur le monde. “Je n'impose rien, j'invite simplement à la curiosité pour aller vers d'autres horizons, essentiellement européens.”

Au Suquet, sur les hauteurs de Laguiole, la demande s'est, comme ailleurs, manifestée vers la possibilité de choisir des vins proposés au verre ou bien avec des formules d'accord mets-vins. “Cela s'est beaucoup trop développé à mon goût. Si cela permet de découvrir des vins différents au cours d'un même repas, il ne faudrait pas exagérer car avec la quantité de vins, le client peut s'y perdre. Lorsqu'on enchaîne 6, 7 ou 10 plats comme dans un menu dégustation et que l'on ajoute autant de verres, ce n'est plus de la convivialité et du partage de plaisir, cela devient une sorte d'examen et cela me gêne.”

Et Sergio Calderon de conclure : “Le sommelier doit être le complice du convive et il doit savoir ne pas inviter des gens qui n'ont pas la sensibilité nécessaire à consommer trop de quantité de vin. C'est là qu'une bouteille bien choisie sera beaucoup mieux perçue qu'une multitude de verres...” Une sagesse venue avec l'expérience, qui contribue sans doute aussi à l'image d'un sommelier désormais reconnu au niveau international.

#bras #laguiole #sergiocalderon


Jean Bernard
Journal & Magazine
N° 3786 -
25 novembre 2022
N° 3785 -
12 novembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Stratégie de marque : les outils pour développer votre hôtel
par Youri Sawerschel
Services