×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Auberge Nicolas Flamel : l'alchimie opère toujours

Restauration - vendredi 19 novembre 2021 09:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Depuis l'été dernier, l'auberge parisienne – érigée en 1407 – accueille les gourmets dans un cadre entièrement rénové. Côté cuisine, la patte du Lorrain Grégory Garimbay porte déjà ses fruits. Sa cuisine classique et contemporaine a pour ambition d'aller décrocher une première étoile.



Grégory Garimbay a imaginé un dessert autour du chocolat et des champignons.
© DR
Grégory Garimbay a imaginé un dessert autour du chocolat et des champignons.

Après avoir sillonné les grandes tables parisiennes, du Plaza Athénée au restaurant Thoumieux en tant que chef exécutif, Grégory Garimbay est désormais seul aux manettes de l’Auberge Nicolas Flamel, dans le IIIe arrondissement de Paris. Succéder à Alan Geaam n’est pas chose aisée mais l’expérience culinaire du chef lorrain de 34 ans lui a permis de réussir pleinement son adaptation.

Ambitieuse, l’Auberge Nicolas Flamel s’est refaite une beauté durant une bonne partie de l’année 2021. Avec sa cuisine ouverte, la salle principale a gagné en modernité tout en préservant son charme historique, notamment ses pierres et ses poutres centenaires. Le directeur de salle, Nicolas de Saint Priest, ancien de la maison Coutanceau, s’en donne à cœur joie.

 

Ode à la cuisine française

À l’heure du déjeuner, les clients peuvent déguster un menu en 3 temps à un tarif raisonnable (38 €). Le soir, place à la valse en 4 temps (70 €) ou en 5 temps (90 €) où les meilleurs produits du terroir s’invitent à la table. En entrée, le poireau mariné donne le ton. Avec sa glace à l'ail noir, son émulsion de pommes de terre ratte et sa vinaigrette à la moutarde, le légume est transcendé par un jeu de textures moderne. Parmi les autres réalisations qui composent le menu d’automne, on retrouve le Homard bleu, blettes, mousseron des prés et la Poularde Culoiselle – volaille de haute qualité –, petit épeautre, pousse-pieds et raifort. Le dessert, surprenant, allie le chocolat et les trompettes de la mort. Là encore, les textures et les saveurs se côtoient dans l’assiette avec harmonie.

Après un premier trimestre à la tête de cette maison historique, Grégory Garimbay et son équipe peuvent avoir le sourire : les clients sont au rendez-vous, les critiques également.

#paris #aubergenicolasflamel


Stéphane POCIDALO
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Vins au restaurant
par Paul Brunet
Services