×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Bastien Gillet, nouvel étoilé Michelin 2021

Restauration - lundi 1 mars 2021 12:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Azay-le-Rideau (37) Il a tout appris dans la brigade de Jean-Luc Fèvre, à Azay-le-Rideau. C'est sur les hauteurs de cette même ville d'Indre-et-Loire que Bastien Gillet a repris le restaurant familial en 2016. Depuis, il met à l'honneur les produits de sa Touraine.



Nous n’avons jamais cuisiné en pensant à l’étoile Michelin.” Bastien Gillet s’étonne encore de faire partie du cru 2021 du guide rouge. Parce que sa cuisine est spontanée. Ses menus en 5, 7 ou désormais 9 temps, changent tous les jours, selon son retour du marché. Car c’est lui qui va faire les courses : “Je prends ma voiture chaque matin pour aller chercher les plus beaux produits d’Indre-et-Loire.

La Touraine, c’est chez lui. Il y a grandi, étudié et intégré, très jeune, la brigade de Jean-Luc Fèvre, à Azay-le-Rideau (Indre-et-Loire). C’est là, à l’Aigle d’or, que Bastien Gillet a croisé celle qui allait devenir son épouse. À l’époque, Émilie Gillet était sommelière. Aujourd’hui, c’est la maîtresse de maison de l’Auberge Pom’Poire, désormais étoilée et perchée sur les hauteurs d’Azay-le-Rideau, à la place d’anciens vergers, d’où le nom de l’établissement. Une maison familiale créée en 2006 par les parents de Bastien Gillet et reprise par celui-ci en 2016. C’est à ce moment-là qu’il se “lâche”, comme il dit. De quelle façon ? En privilégiant le produit qu’il va lui-même chercher chez le producteur. “Y compris les agrumes, dans le Sud de la France.” Mais, la majorité des matières premières est couleur locale et, donc, ridelloise autant que possible. Certains maraîchers dédient même une partie de leur production au restaurant du chef.

 

“Nos équipes font un peu partie de la famille”

Ce que l’étoile va changer ? “Pas grand-chose”, répond Bastien Gillet. Le chef va tout de même ajouter quelques fournisseurs à sa liste et tâcher d’être “plus régulier” en termes de fréquentation. Jusqu’ici, la haute saison était d’avril à octobre, le couple Gillet espère attirer aussi, gourmands et gourmets, pendant l’hiver. D’autant que l’hôtel lié à l’auberge est en train de passer de 6 à 10 chambres. Quant aux équipes, elles comptent 3 cuisiniers et un apprenti aux fourneaux, ainsi que 3 salariés en salle. “Ils font un peu partie de la famille”, rappelle le chef étoilé. Il souligne ici la jeunesse et la fidélité de ses troupes. Des troupes prêtes à relever tous les défis. Un exemple : si l’Auberge Pom’Poire ne peut pas rouvrir en avril 2021 – la faute au Covid-19 -, les chambres de l’hôtel seront accessibles et les repas proposés en room service.

 

#michelin #bastiengillet #aubergepompoire #azaylerideau


Anne Eveillard
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Matériels et équipements en CHR : faire son choix
par Jean-Gabriel du Jaiflin
Services