Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Billet d'humeur : Il y a quelque chose qui cloche !

Restauration - vendredi 22 mai 2020 14:34
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Jean-Luc Fessard, journaliste et président-fondateur de l'association Bon pour le climat, s'inquiète de certaines solutions avancées pour rouvrir les restaurants.



"Depuis quelques semaines, consécutivement à la sidération ressentie du fait de la fermeture des restaurants, certains bien intentionnés essaient de trouver des solutions pour sauver la profession. Mais certaines pistes qu’ils explorent risquent d’être totalement contreproductives.

Ainsi imaginent-ils, sérieusement hélas, de mettre les clients ‘sous cloche’. Certes, apporter les plats ou fromages sous cloche relève d’un certain standing, mais les clients !

Nos restaurants sont des lieux de convivialité. Bonjour le plaisir d’être ensemble derrière un hygiaphone. Mieux, vu la quantité de plastique nécessaire pour équiper toutes les places, nous pouvons oublier le zéro plastique. Et comme pour disposer de ces cloches il va falloir attendre un temps certain, avec un peu de chance le virus aura disparu. Mais pour ceux qui se seront équipés, quel endroit idéal pour accueillir les virus. Parce qu’il faudra désinfecter la cloche après chaque passage et nous savons que nos équipes, qui n’ont pas que cela à faire, auront deux solutions : soit un nettoyage ultrarapide, c’est-à-dire probablement incomplet, soit une telle dose de désinfectant que le client suivant profitera plus des relents chimiques que du fumet des plats préparés en cuisine.

N’est-il pas également étrange, et arbitraire, que l’on ait autorisé les coiffeurs à ouvrir et non les restaurants ? Il me semble que les contacts physiques et la proximité sont plus importants avec un coiffeur qu’avec un serveur. Dans notre société, paraître doit être plus essentiel que de déguster de bons petits plats en bonne compagnie.

Enfin, notre profession s’honorerait si elle demandait à ses équipes de mettre en place des ‘gestes protecteurs’ plutôt que des ‘gestes barrières’ et de respecter une ‘distanciation physique’ plutôt qu’une ‘distanciation sociale’.

En résumé, il est urgent de rouvrir nos restaurants sans, pour autant, faire sonner les cloches."

 

#Coronavirus


Jean-Luc Fessard
Journal & Magazine
Services