×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Le Collège culinaire de France adresse une proposition d'actions à Emmanuel Macron

Restauration - mardi 17 mars 2020 11:23
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Alain Ducasse, Christian Regouby, Célia Tunc et Stéphane Jego, au nom du Collège Culinaire de France, ont fait parvenir au Président de la République une proposition d'actions en quatre points pour assurer, en urgence, la survie des entreprises du patrimoine culinaire artisanal. Des Mesures d'aides immédiates aux PME-PMI.



Les chefs du Collège Culinaire de France.
Les chefs du Collège Culinaire de France.

  1. Une ligne de crédit à taux zéro pour assurer la survie de toutes nos entreprises, producteurs à concurrence des pertes d’exploitations qu’elles subissent, afin de régler les salaires ou les compléments pour ceux en chômage partiel, ainsi que les fournisseurs prioritaires eux-mêmes en grande difficulté. Cette ligne de crédit serait accordée sur 15 ans avec un début de remboursement exigible seulement à l’issue d’une période de 3 ans, (remboursement anticipé si possible).

 

  1. Une exonération des charges sociales et salariales (URSAFF et caisses de retraite) jusqu'à la sortie du confinement, avec une franchise de trois mois (exemple fin de crise en mai, reprise des paiements à compter des salaires au 1er septembre).

 

  1. Un moratoire sur les impôts directs et indirects (e.g. TVA, CVAE ou IS) jusqu'au redémarrage del 'activité, avec reprise de l'échéancier mensuel à l’issue d’une franchise de trois mois.

 

  1. Un échelonnement des dettes bancaires : franchise de nos remboursements en 2020, et report des échéances en fin de contrat, afin de reprendre le paiement de notre dette à compter du 1er janvier 2021.

 

 #coronavirus #restaurants #collegeculinairedefrance 

Journal & Magazine
N° 3763 -
07 janvier 2022
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Fruits et légumes : dictionnaire
par Frédéric Jaunault
Services