×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration Snacking

Food trucks : ont-ils encore de l'avenir ?

Restauration Snacking - vendredi 2 décembre 2016 10:11
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Entre 2011 et 2014, quelque 150 food trucks ont sillonné les villes de France. Qu'en est-il aujourd'hui ? Ont-ils toujours la cote ? Éléments de réponses avec Bernard Boutboul, à la tête du cabinet Gira Conseil.




À Angers, le Truck à part propose crêpes et galettes.
© DR
À Angers, le Truck à part propose crêpes et galettes.

Au début des années 2010, la vague des food trucks déferle sur l'Hexagone. Le cabinet Gira Conseil parle de 150 camions en circulation à travers la France sur la période 2011-2014. "Aujourd'hui, les trois quarts ont déposé le bilan", constate Bernard Boutboul, à la tête du cabinet de conseil. La faute "à un modèle économique qui ne fonctionne pas chez nous, explique-t-il. La quantité embarquée est trop petite et le camion n'ouvre pas assez longtemps dans la journée." Résultat : pour un investissement estimé entre 60 000 € et 110 000 €, la rentabilité ne dépasse pas les 70 000 € à 80 000 €. "Les food trucks qui survivent encore sortent à midi, le soir et font du privatif le week-end", poursuit Bernard Boutboul. "En France, nous avons trois vents contraires au développement des food trucks : les syndicats de restaurateurs qui les voient comme une concurrence, les municipalités qui ne veulent pas de camions en centre-ville et la répression des fraudes qui tique sur les conditions d'hygiène." Pour Bernard Boutboul, seuls les mobiles légers ont un avenir, "car ils sont faciles à bouger, à garer et sortent plusieurs fois par jour avec des offres différentes entre le matin et le soir."


Anne Eveillard