×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Juridique et social

Le ton se durcit contre les OTA, édito du journal du 10 août 2017

Juridique et social - mercredi 9 août 2017 09:51
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


"Quasiment tous les hôtels, en France ou ailleurs, apparaissent sur les sites des OTA comme Booking.com. Si, dans un premier temps, les professionnels étaient satisfaits de ces apporteurs d'affaires, ils ont vite déchanté face à des contrats ne leur laissant que peu de marge de négociation et des taux de commission augmentant régulièrement. Les hôteliers se sont retrouvés dépossédés de leur clientèle au profit de ces agences en ligne. En France, face à ce déséquilibre, une loi du 6 août 2015 a interdit les clauses de parité tarifaire afin de permettre aux hôteliers de retrouver leur liberté commerciale et tarifaire. D'autres pays européens, à l'instar de l'Autriche et de l'Allemagne rejoints récemment par l'Italie, ont également interdit de telles clauses.

Autre motif de doléance des hôteliers : la dernière campagne de publicité de Booking.com mettant en avant les possibilités d'annulation gratuite en réservant par son intermédiaire. L'association britannique Bed & Breakfast a donc décidé de poursuivre l'OTA devant la commission européenne pour pratiques déloyales et anticoncurrentielles.

Si les justices française et européenne viennent au secours des hôteliers, ces derniers doivent aussi s'emparer des nouvelles technologies en proposant un site internet adapté et efficace, avec un vrai moteur de réservation, afin d'éviter que le client retourne sur les plateformes en ligne pour réserver."

Pascale Carbillet
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR (+ modèles de contrats et fiches de paie)
par Pascale Carbillet
Services