×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Joris Bruneel : "Je défends une hôtellerie de convictions"

Hôtellerie - vendredi 23 septembre 2022 10:35
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Paris (75) À la tête du groupe MyHotels, qui regroupe 16 établissements majoritairement sous franchise Accor et deux indépendants – Le Babel et l'Hôtel Rosalie à Paris –, l'hôtelier milite pour des établissements solidaires et ancrés au coeur de leur quartier.



“Le tourisme est responsable de 11 % des émissions de gaz à effet de serre, donc, en tant qu’hôtelier, on se doit de participer à la transition écologique. Alors, autant le faire avec un supplément d’âme.” Joris Bruneel a un positionnement très clair sur sa démarche qui a abouti à la création de ses deux derniers établissements, le Babel, ouvert en septembre 2021, et le Rosalie, au printemps dernier.

L’hôtelier, qui a grandi dans l’hôtel-restaurant de ses parents dans le Var, ne rêvait pas d’une carrière dans le secteur. Diplômé de HEC et spécialisé dans l’immobilier, il se retrouve pourtant dans le service des fusions-acquisitions et opérations immobilières du groupe Accor en 2008. En 2013, lassé de “porter le costard-cravate et de travailler dans des immeubles froids”, il décide de se lancer, avec deux associés - David Sylberg et Sylvie Charles -, dans l’aventure entrepreneuriale : c’est le début de MyHotels, qui se spécialise dans les hôtels économiques, en majorité franchisés Accor. Au fil des années, les associés développent leur groupe, qui compte aujourd’hui seize établissements.

 

“Recréer du sens avec le vivant”

Joris Bruneel, rompu à la gestion hôtelière, souhaite alors donner une nouvelle dimension à sa carrière en se lançant dans l’hôtellerie indépendante et lifestyle. “Je voulais recréer du sens avec le vivant ; d’un côté avec la nature et, de l’autre, dans les relations humaines.” Ce sera d’abord Babel, hôtel-restaurant de 31 chambres imaginé comme une invitation au voyage, ouvert sur le quartier multiculturel de Belleville où il est implanté, et solidaire. L’établissement est certifié entreprise à mission en février dernier, avec pour objectif de devenir “un sanctuaire qui ait du sens et donne la force de croire encore au vivre ensemble” explique l’hôtelier et son associé, Clarie Feral-Akram.

Y sont organisés des dîners solidaires dont les bénéfices sont reversés à des associations caritatives notamment en soutien aux femmes en Afghanistan, et aux réfugiés ukrainiens et afghans. L’hôtel met également à disposition une chambre suspendue, c’est-à-dire accessible gratuitement pour une personne en difficulté. Une initiative aujourd’hui unique en son genre, mais qui pourrait être élargie prochainement par la Mairie de Paris à tous les hôtels qui se porteront volontaires.

 

Le retour à la nature

Au Rosalie, situé dans le très urbanisé XIIIe arrondissement de la capitale, l’entrepreneur se lance un nouveau pari, celui de ramener la biodiversité dans la ville. “J’ai développé très tôt une sensibilité à la nature aux problèmes environnementaux qui confinait parfois à de l’éco-anxiété. J’ai rebondi en me disant que j’allais faire quelque chose qui ait du sens, à mon échelle. Je défends une hôtellerie de convictions”, explique-t-il. Pour cet hôtel qui possède 400 m2 d’espaces extérieurs où il a créé deux jardins, Joris Brunel multiplie les initiatives : cultiver du houblon pour brasser sa propre bière, créer un jardin en permaculture qui sera couplé avec une animation pédagogique pour une école du quartier, installer des nids pour les martinets…

Un “ADN commun” lie toutefois ces deux hôtels : l’ancrage local très important, en lien avec les fournisseurs, commerçants et associations du quartier, ainsi qu’avec la mairie, notamment pour le dispositif de la chambre suspendue repris au Rosalie.

Prochaine étape pour l’hôtelier : faire de Babel une marque qu’il pourra développer dans d’autres villes, comme Marseille et Nice, dans des quartiers animés avec une mixité culturelle et économique, et pourquoi pas, ouvrir un hôtel à la montagne, pour se rapprocher un peu plus encore de la nature.

 

#JorisBruneel #Babel #Rosalie


Roselyne Douillet
Journal & Magazine
N° 3782 -
30 septembre 2022
N° 3781 -
16 septembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion des équipes et du service en CHR
par André Picca
Services