×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

L'Hôtel Monte Cristo abrite un surprenant hôtel-capsule cubain

Hôtellerie - mardi 23 novembre 2021 11:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

75 - Paris Jusqu'au 12 décembre, l'établissement parisien devient l'hôtel Eminente et transporte ses visiteurs à Cuba, en partenariat avec le rhum Eminente (Moët-Hennessy). Une opération inédite.



Passer 24 heures à Cuba sans quitter Paris, tel est le défi relevé par l’hôtel Monte Cristo. Depuis fin septembre et jusqu’au 12 décembre, cet établissement luxueux du groupe Les hôteliers Impertinents, rebaptisé temporairement Eminente, s’est mis aux couleurs de l’île Crocodile. Une Cadillac stationnée devant le 20 rue Pascal (Ve arrondissement), une façade en bois de couleur ocre, façon décor de cinéma, et des plantes vertes à profusion donnent le tempo aux passants.

À l’intérieur, le décor initialement axé sur les voyages et le XIXe siècle a été remanié par l'architecte d’intérieur Pauline d'Hoop. Dans 20 chambres (sur les 50 que compte l’hôtel), un baldaquin avec ses voiles de lin côtoie une desserte en rotin, des plantes exotiques, des stores en bambou ou encore des accessoires vintage. Des visuels de Cuba ornent les couloirs. La piscine, bordée par une végétation foisonnante, prend des airs tropicaux. L’ascenseur marie tapisseries végétales et chants d’oiseaux exotiques, les peignoirs et amenities sont siglés Eminente, le café est cubain… Le bar à rhum 1802, riche de 700 références, propose pour l’occasion cinq nouvelles recettes de cocktails à base d’Eminente, tandis que le restaurant du Grand Dictionnaire de l'autre côté de la rue - lui aussi métamorphosé – sert un menu à quatre mains signé par la chef cubaine Annabelle Cantarero et la maîtresse des lieux, Sarah Ledu. “Un hôtel capsule à cette échelle, avec autant de chambres et durant autant de temps, cela n’a jamais été fait”, assure Florian Bitker, directeur des opérations du groupe Les hôteliers Impertinents.

 

Un vrai succès

Tout a commencé un an et demi plus tôt, alors que Moët-Hennessy s’apprête à lancer son rhum Eminente. “Le groupe souhaitait faire de l’événementiel autour de cette marque premium en sortie de Covid. On a commencé à travailler dessus dès novembre 2020. Les hôtels à Paris étaient alors à 30 ou 40 % de taux d’occupation et on ne savait pas comment ça allait évoluer… Cela paraissait une bonne idée, notamment en termes de communication”, confie l’intéressé.

L’opération fait en effet un carton, avec plus de 150 articles de presse et un établissement quasiment complet en permanence. “On a lancé cette idée à un moment où les voyageurs ne pouvaient pas aller à Cuba. Or, tout ce qui est éphémère et rare est aujourd’hui ultra-recherché”, explique le professionnel. Le package (nuitée, petit déjeuner, cocktail, dîner de six plats à partager, 45 minutes d’accès au bassin de nage et une bouteille d’Eminente, à partir de 300 €) est commercialisé en exclusivité sur le site Staycation et attire des clients venus de toute l’Europe. “On ne pouvait pas multiplier les canaux de vente, car le volume de chambres n’était pas assez important. Avec Staycation, les ventes ont lieu chaque mercredi. En quatre minutes, toutes les chambres sont vendues, et cela offre une communication hebdomadaire”, poursuit-il.

 

Une expérience délicate

L’opération, dont le montant confidentiel a été financé par Moët-Hennessy, s’avère un franc succès. Elle s’est révélée toutefois compliquée à mettre en œuvre. “Il y a deux hôtels en un : il faut éviter la confusion dans l’esprit des équipes et des clients. Il a fallu recréer une expérience client de A à Z, privilégier du mobilier et des accessoires qu’on puisse réutiliser, former nos équipes au nouveau discours… C’était comme si on ouvrait un nouvel hôtel, mais en un temps record, avec une fermeture de trois jours seulement pour tout mettre en place”, admet-il. Par ailleurs, '24 heures à Cuba' a impliqué un changement de rythme radical en interne. “On est passé d’une phase très calme à une période très soutenue. C’est fatiguant pour les équipes”, ajoute Florian Bitker.

Un hôtel capsule, un exemple à suivre ? “On sera peut-être amené à le refaire, mais pas à la même échelle. Quelques chambres capsules, voire un étage, c’est plus facile”, répond-il. Une opération éphémère stimule en effet la visibilité d’un établissement, à condition qu’un partenariat pertinent puisse être créé, que l’opération soit bien préparée et les process maîtrisés.

#paris #cuba #montecristo


Violaine Brissart
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR : les conditions de travail (+ modèles de lettres)
par Tiphaine Beausseron et Daniel Gillot
Services