×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Moins de 5 chambres et pourtant fort rentable

Hôtellerie - jeudi 31 mai 2018 17:39
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Cuzance (46) De petites structures de moins de cinq chambres peuvent se révéler très rentables, à certaines conditions.



Qu'il s'agisse d'une demeure de charme aux prestations d'exception, comme le proposent les propriétaires du Manoir de Malagorse, ou des offres personnalisables et multiples, assorties d'une logistique performante, du groupe Millésime, l'activité d'hébergement sait s'inscrire dans l'air du temps. 
Témoignage d'Abel Congratel et de Philippe Monnin. 

Un CA annuel de 250 000 € sur sept mois

"Je vais vendre…", annonce Abel Congratel, avec le timbre dépité de celui dont la décision est un crève-coeur. L'acquisition en 1999 du Manoir de Malagorse, à Cuzance, dans la vallée de la Dordogne, est née d'un coup de foudre. "L'hiver, nous exploitions le restaurant Le Yaka, à Courchevel, que nous voulions coupler avec une activité l'été. Le potentiel de la région et de cette demeure de charme à rénover nous est apparu comme une évidence. Nous avons poursuivi les deux saisons jusqu'en 2011 pour nous consacrer, par la suite, au seul Manoir. Cela étant, 70 % de nos clients actuels sont ceux que nous avions à Courchevel", explique Abel, dont l'activité débuta en Dordogne avec uniquement quatre chambres.

"Nous avons tout expérimenté au fil des années : les visites au marché, les cours de cuisine, les week-ends 'truffes', la vente d'épicerie. À l'époque, mes clients repartaient avec le coffre rempli de bouteilles de vin… Au final, il s'est avéré que seule l'activité hébergement était rentable, alors nous l'avons développée avec la création de deux suites et d'un loft dans des dépendances. En ce qui regarde la table d'hôte, les petits-déjeuners sont des services que nos visiteurs attendent, mais ce n'est guère profitable au regard du temps passé", ajoute l'entrepreneur qui réalise chaque année, sur sept mois, un chiffre d'affaires de 250 000 €.
 
"C'est trois  fois la moyenne de ce qui se pratique dans le coin pour une activité similaire. Nous offrons des prestations de luxe dans une ambiance décontractée et familiale. Mais à 56 ans, c'est devenu difficile pour moi d'entretenir les 5 hectares du domaine. D'autant que j''ai toujours autant de mal à recruter trois temps complets l'été et que notre vie de famille a beaucoup changé avec les enfants qui grandissent, confesse Abel Congratel.

Il s'agit de répondre au désir de vivre une expérience

"Les clients recherchaient jadis des standards de qualité auprès des grandes chaines hôtelières, aujourd'hui ils veulent des prestations d'hébergement et des services de qualité avec, en sus, le désir de vivre une expérience. Cette demande inscrite dans l'air du temps est plus facile à satisfaire dans des établissements de petite taille facilement personnalisables", analyse Philippe Monnin, cofondateur avec Alexandra Patek du groupe hôtelier Millésime, qui exploite, entre autres, 10 hôtels ou maisons d'hôtes.

"Notre premier établissement fut une maison d'ostréiculteurs à Arcachon que nous avons transformée, en 2014, en maison de vacances de quatre chambres pour une douzaine d'hôtes, la villa Pastels, que nous louions 5 000 € la semaine. Notre deuxième acquisition fut l'hôtel particulier de la Tresne, à Bordeaux, dans lequel nous avons reconstitué un appartement d'apparat de plus de 200 m2, disposant de trois chambres, d'un salon et d'une salle à manger d'exception. Vous seriez étonné de la rentabilité de cette prestation d'hébergement", s'enthousiasme Philippe Monnin, qui reste toutefois évasif sur les chiffres. 

"Nous ouvrirons bientôt un hôtel de 16 chambres à Megève. Ce navire amiral sera satellisé de plusieurs chalets, pourvus d'une logistique et de prestations identiques. Les petits établissements sont rentables dès lors que l'on en exploite plusieurs. On peut alors mutualiser certains services, comme la commercialisation, la conciergerie, etc.", conclut le patron du groupe Millésime. 

 #AbelCongratel #PhilippeMonnin #AlexandraPatek #GroupeMillesime #ManoirDeMalagorse #Cuzance #Bordeaux #Megeve

Francois Pont
Journal & Magazine
N° 3755 -
17 septembre 2021
N° 3754 -
03 septembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
La gastronomie moléculaire
par Hervé This
Services