Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Avec les Hauts de Beauval, le zooparc renforce son offre hôtelière

Hôtellerie - mercredi 28 mars 2018 15:41
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Saint-Aignan sur Cher (41) Pour répondre à l'augmentation de sa fréquentation, le plus grand parc animalier français ouvre son 4e établissement.




Seul zoo en France à héberger des pandas géants, Beauval a accueilli l'an passé près de 1,5 million de visiteurs avec, à la clé, des problèmes d'hébergement et de restauration, surtout dans une région un peu enclavée. C'est pourquoi ce complexe familial a décidé d'investir depuis 2008 dans l'hôtellerie. 

Après Les Jardins de Beauval, Les Pagodes et Les Hameaux, le zoo a ouvert le 24 mars Les Hauts de Beauval. Cet hôtel de 124 chambres 3 étoiles a représenté un investissement de 12 M€. "Désormais, nous gérons en direct 363 chambres et près de 1500 lits avec un TO de 62 %"explique Rodolphe Delord, directeur général et fils de la fondatrice du parc, Françoise Delord.

Pour ce nouvel établissement, le parc a revu sa stratégie en baissant les prix (80 € de prix moyen) et en offrant uniquement des chambres familiales (au moins quatre places) et une dizaine de chambres PMR. 

Yann Poulmarc'h, professionnel passé par Hyatt, Le Méridien, l'aquarium de Brest ou encore l'office de tourisme de Blois, est désormais en charge des quatre établissements. "En plus de la clientèle individuellenous misons beaucoup sur le tourisme d'affaires et les séminaires qui représentent près de 20 % de notre chiffre d'affaires." 

Les Hauts de Beauval, d'inspiration africaine et entièrement recouverts de rondins de bois proposent ainsi cinq salles de séminaires dont une grande de 350 places. Le développement hôtelier du zoo parc n'est peut-être encore pas totalement achevé : d'autres investissements (création d'un téléphérique et d'un vaste espace sous dôme de verre) pourraient pousser la fréquentation à deux millions de visiteurs, avec donc de nouveaux besoins d'hébergement.


Jean-Jacques Talpin
Journal & Magazine
Services