×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Light Human Hotel, une marque hôtelière en rupture

Hôtellerie - jeudi 23 juin 2016 10:32
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Miami (ETATS-UNIS) Cette future enseigne, portée par un groupe de partenaires français, veut chambouler les codes de l'hôtellerie. Sa cible prioritaire ? Les États-Unis et le Brésil.



"De nouvelles marques hôtelières apparaissent, elles mettent en avant un design différent, mais les standards de l'hôtellerie et la façon de travailler dans le secteur, eux, n'évoluent pas vraiment", juge Jean-Pierre Bandeira, qui connaît bien le milieu. L'homme d'affaires français a en effet travaillé pendant quinze ans en tant que promoteur immobilier dans l'hôtellerie au Brésil, avant d'assurer le développement commercial de Yoo (société de design hôtelier et résidentiel créée par Philippe Starck) en Amérique.

 

Esprit Millenium

Pour combler ce manque, l'entrepreneur a donc imaginé un concept en rupture : Light Human Hotel. Inutile de chercher la réception : elle n'existe pas. Les opérations de check-in et check-out seront entièrement digitalisées, tout comme la clé des chambres, accessible depuis un smartphone. Le lobby se composera de plusieurs espaces interconnectés : un espace de restauration ouvert 24 heures sur 24 sera ouvert en partenariat avec Boco, le spa sera signé Nuxe et côtoiera une salle de fitness… "Pensée pour les Milleniums, notre marque se veut trans-générationnelle, le mot d'ordre étant l'esprit de partage. On doit se sentir comme à la maison. Par exemple, on placera dans le lobby une grande table connectée, où les gens pourront prendre un verre, discuter, échanger. Grâce à une application, ils pourront interagir et se rencontrer", déclare Jean-Pierre Bandeira.

L'enseigne prévoit également une salle de projection, un espace de jardinage, un roof top avec deux ambiances distinctes, ainsi qu'un étage spécialement dédié aux familles, avec un 'kids bar', un mur d'escalade et des chambres spécifiques en fonction de l'âge des enfants.

La décoration sera confiée au designer Marcel Wanders, et l'architecture à la société bretonne Atelier Arcau (partenaire du projet). "Nous mettrons particulièrement l'accent sur une conception durable de nos hôtels, d'autant que les États-Unis sont encore très en retard sur ce chapitre. Cela passera par l'utilisation de vélos de fitness capables de produire de l'énergie, ou encore par la création de brise-vents pour une ventilation naturelle", explique Jean-Pierre Bandeira.

 

Repenser la profession 

En outre, Light Human Hotel veut redessiner les contours de la profession. Certaines tâches seront automatisées : des robots s'occuperont du nettoyage de la réception et des chambres, un robot majordome aura pour mission d'apporter les objets demandés par les clients jusque dans leur chambre... "On veut supprimer certaines tâches stupides ou répétitives comme le portage des valises, pour que le personnel puisse se concentrer sur l'hospitalité proprement dite. Notre but est d'éviter les hôtels impersonnels et de ne pas brider les rêves des jeunes qui sortent d'école hôtelière. Chez nous, l'organisation ne sera pas militaire. À l'exception du gérant de l'hôtel, les diplômes ne seront pas importants : ce sont plus la personnalité et la créativité des candidats qui joueront", estime-t-il.

L'enseigne se concentrera sur le marketing de la marque et ses partenariats, tandis que le management d'hôtel sera délégué à différents acteurs, dont JMJ Development. Le premier hôtel de 200 chambres devrait voir le jour dès le mois de novembre à San Antonio (États-Unis). "Nos tarifs seront compris entre 360 et 440 dollars la nuit, soit 30 % moins chers que la concurrence", précise-t-il. Des ouvertures suivront à Miami, Dallas, New York, Sao Paulo, Rio, Londres et peut-être même Paris, d'ici à 2020. 


Violaine Brissart
Journal & Magazine
N° 3790 -
20 janvier 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Vins au restaurant
par Paul Brunet
Services