×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Réussite : Alice et Jérôme Tourbier, in vino veritas

Hôtellerie - mardi 26 avril 2016 14:42
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Paris (75) Après leur rencontre à Sup de Co Bordeaux, ils se sont lancés dans l'hôtellerie, d'abord en ouvrant les Sources de Caudalie, puis les Étangs de Corot. Aujourd'hui, le couple projette de créer de nouveaux établissements dans les régions viticoles françaises.




Il venait de Paris pour étudier à Bordeaux. Elle vivait déjà "dans les vignes" : "J'étais adolescente quand mes parents ont racheté le grand cru classé de Graves Château Smith Haut-Lafitte." C'était à l'orée des années 1990. Jérôme et Alice Tourbier se sont rencontrés sur les bancs de Sup de Co Bordeaux. Depuis, ils ne se sont plus quittés. Entrepreneurs dans l'âme, ils se sont jetés dans le grand bain, "avec un peu d'inconscience", alors qu'ils étaient encore étudiants.

"Entre deux cours, on allait visiter le chantier des Sources de Caudalie", se souvient Jérôme Tourbier. Nous sommes au début des années 2000. "Bordeaux manquait de belles adresses pour recevoir", explique Alice Tourbier. Ils ont l'opportunité de reprendre cet établissement à Martillac (Gironde), alors dirigé "dans une totale improvisation" : "aucune chambre n'était vendue au même prix, les piles de fax non traités s'amoncelaient et le management des équipes était… assez folklorique", décrit Jérôme Tourbier. Sans rien connaître de l'hôtellerie, ils retroussent leurs manches et font preuve de "bon sens". Leurs camarades de promo les observent sans comprendre. "Quand ils partaient en vacances entre copains, nous, on bossait non stop", raconte Jérôme Tourbier. 

Le duo est motivé. Son objectif : créer un hôtel avec "le premier spa de vinothérapie au monde" et des tables de qualité - aujourd'hui, avec le chef Nicolas Masse en cuisine, le restaurant gastronomique affiche deux étoiles au Michelin. Le tout au coeur des vignes. "Les deux premières années ont été difficiles : nous n'avions que des problèmes à résoudre", confie Jérôme Tourbier. Ils commencent à sortir la tête de l'eau en recrutant "des profils en phase avec la philosophie et l'identité de la maison. Des profils qui ne transposaient pas des méthodes apprises ailleurs, mais adhéraient à nos valeurs". Résultat : dès 2004, les Tourbier font des Sources de Caudalie le cinquième meilleur complexe au monde et le premier en Europe dans le classement des lecteurs du Condé Nast Traveller.

 

Le retour à un luxe discret

"La satisfaction des équipes au sein d'un établissement, c'est primordial pour avancer", constate Alice Tourbier. Si bien que, très vite, le couple va associer ses salariés au succès des Sources de Caudalie. Une dynamique est née. À cela s'ajoute la fin de l'époque 'bling-bling' et le retour à un luxe discret : "Nous étions sur cette longueur d'ondes", commente Jérôme Tourbier. Le parti pris plaît aux étrangers en voyage d'affaires comme aux Français, qui représentent, aujourd'hui encore, 65 % de la clientèle. 

Un succès qui incite le couple Tourbier à récidiver à Ville-d'Avray (Hauts-de-Seine) : fin 2008, ils ouvrent les Étangs de Corot, un havre de paix d'une quarantaine de chambres et suites, avec un spa Caudalie, une offre bistrot et une table où le chef Rémi Chambard a décroché une étoile en 2014. Aujourd'hui, Martillac et Ville-d'Avray représentent une masse salariale de 230 personnes. "Depuis le début, nous avons les pieds dans la terre et la tête dans les étoiles, au sens où il faut être ambitieux pour progresser et grandir." 

Grandir, ils sont sur le point de le faire. En 2017, ils ouvriront un hôtel avec spa et restaurants en Champagne, puis rebelote en 2018 en Bourgogne : "Nous sommes dans une logique d'expansion dans les régions viticoles françaises." Les deux fans de sports de glisse misent sur "l'endurance et la réactivité" : "Nous nous remettons en cause chaque jour, car chaque jour nous sommes jugés."

Anne Eveillard
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Spa : check-list pour ouvrir
par Perrine Edelman
Services