×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Esiweni Safari Lodge : le luxe français au pays Zoulou

Hôtellerie - vendredi 31 juillet 2015 12:12
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Kwazulu Natal (AFRIQUE DU SUD) Ludovic Caron et sa compagne proposent à leurs visiteurs une "expérience unique" dans leur luxueux hôtel sud-africain. Une aventure également pour les hôteliers, qui mettent en avant la "touche française".




Ludovic Caron n'a pas remisé au placard son casque de pilote automobile de course, mais il a mis cette carrière au second plan en s'installant avec son épouse dans le cadre idyllique de la réserve de Nambiti, en Afrique du Sud, où le couple a inauguré il y a un an le prestigieux hôtel Esiweni Safari Lodge. À mi-chemin entre Johannesburg et Durban, Nambiti est la seule réserve de la région du Kwazulu Natal (le pays zoulou) regroupant plus de 40 espèces animalières dont les 'big five', un terme de chasseur pour désigner les cinq grands animaux du bush africain face auxquels il ne valait mieux pas rater son coup : lion, éléphant, rhinocéros, léopard et buffle. Toutes ces espèces sont évidemment aujourd'hui protégées et ne sont plus la cible que des appareils photographiques de touristes. L'Esiweni Lodge est justement un point de départ privilégié pour ces safaris. Mais pas seulement. Les cinq suites de l'établissement d'exception offre le mariage parfait pour un séjour alliant à la fois le luxe et le sentiment de liberté.

Le lodge est un balcon au dessus de la rivière Sunday, avec vue époustouflante sur la savane et le bush depuis les divers espaces détentes : le bar, la belle terrasse, le patio, la piscine à débordement… "Et la touche française", ajoute Ludovic Caron.


Un quart de visiteurs Français


Car l'identité française est un avantage, selon le patron de l'Esiweni Safari Lodge : "C'est un atout d'être Français, et c'est une façon de se différencier favorablement par rapport aux autres hôtels de ce genre dans la région". Comment ? "À travers notamment la façon de servir les repas, d'accueillir les clients, à certains détails de mise en scène, répond l'hôtelier. À Esiweni, vous mangez avec des couverts en argent, c'est un détail, mais cela fait partie du rêve… De même, la cuisine n'est pas spécifiquement française mais on y met la 'patte' avec, entre autres spécialités, un tartare de zèbre qui allie de manière très originale la tradition gastronomique française avec les spécificités du bush africain." pour marquer son originalité, Ludovic Caron s'appuie sur le savoir-faire du très prometteur chef Brett Hardy, qui viendra cet été se perfectionner à Paris auprès de Michel Rostang.

De fait, la clientèle française représente près de 25 % des visiteurs de l'Esiweni Safari Lodge, où Ludovic Caron place avant toute chose le goût de la rencontre dans cette première aventure hôtelière sélective. C'est pour cette raison que ce luxueux lodge africain n'accueille jamais plus de dix personnes à la fois. "Tout est fait pour sentir une expérience vraiment exclusive, que ce soit au contact des animaux sauvages, lors d'un repas gastronomique autour de la grande table de la salle à manger, ou pour un cocktail improvisé à la lumière des lanternes au milieu de la savane."
Francis Matéo

Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
La gastronomie moléculaire
par Hervé This
Services