×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Formation - Écoles

Attractivité : élèves et professionnels face à face à l'École hôtelière de Paris

Formation - Écoles - vendredi 25 novembre 2022 15:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :

Paris (75) Le Lab'Attractivité, initié par Didier Georges, proviseur de l'École hôtelière de Paris-lycée Jean Drouant, vient de se réunir pour la troisième fois. L'occasion pour un panel de professionnels des CHR d'échanger sur le thème de l'organisation du travail, dans un amphithéâtre rempli d'élèves. Le tout rythmé par les résultats d'une étude menée par Qualitelis.



Pas moins de 87 % des hôteliers ont un problème de recrutement. C’est ce que révèle l’enquête menée par Qualitelis auprès de 2 000 hôteliers, dont une majorité d’indépendants. Présentée le 24 novembre dernier, lors de la troisième réunion du Lab’Attractivité, initié par Didier Georges, proviseur de l’École hôtelière de Paris-lycée Jean Drouant, cette étude a servi de base de réflexion à un panel de professionnels des CHR pour débattre face à une cinquantaine de jeunes. L''occasion était belle, puisque l'étude souligne que 88 % des hôteliers interrogés se disent prêts à “ouvrir le dialogue”, avec les salariés.

 

L’intéressement  approuvé par 70 % des hôteliers

Parmi les professionnels présents, citons Bruno Chiaruttini, directeur général du Marriott Rive gauche (XIVe), Dominique Grandjonc, à la tête du Novotel Montparnasse (XVe), Philippe Jaussely, directeur des opérations Hôtels Managés – Paris centre au sein du Groupe Accor, Gautier Py, directeur général du Hyatt Regency Paris Étoile (XVIIe), Brahim Yattar et Maxence Blondel, respectivement directeur d’exploitation et directeur adjoint de la maison Ladurée Champs-Élysées (VIIIe). Ensemble, ils ont échangé à propos de la semaine de quatre jours – plébiscitée par la moitié des hôteliers interrogés par Qualitelis -, pour permettre au salarié soit de cumuler avec un autre travail et ainsi éviter une certaine monotonie, soit de profiter d’une vie de famille.

Concernant la rémunération, la piste de l’intéressement – approuvée par 70 % du panel de l’étude Qualitelis - a été présentée comme “le partage d’une réussite menée en équipe” : de quoi encourager, dynamiser, voire fidéliser. En revanche, l’auto-planning ne fait pas l’unanimité. Loin de là. Si Dominique Grandjonc l’a mis en place à la réception du Novotel Montparnasse, “en salle, par exemple, c’est beaucoup plus compliqué au regard des variations d’activité beaucoup plus fortes”, nuance l’hôtelier. La limite de toutes ces pistes : “Elles sont difficiles à concrétiser chez les indépendants”, reconnaît Didier Georges. Il n’en demeure pas moins que la réflexion menée au sein du Lab’Attractivité se poursuit. Certains aimeraient que celle-ci interpelle jusqu’aux politiques.

#attractivite #emploi #formation #qualitelis #labattractivite


Anne Eveillard
Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Spa : check-list pour ouvrir
par Perrine Edelman
Services