×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Formation - Écoles

Recruter, fidéliser : les nouvelles méthodes de management

Formation - Écoles - vendredi 11 février 2022 09:53
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :

Bordeaux (33) L'école hôtelière Vatel Bordeaux a organisé la seconde édition du Futurum H&R, proposant une série de workshops et de conférences sur le futur du secteur du CHR. Celle consacrée au management a rassemblé de nombreux élèves.



La table ronde a rassemblé des experts de l'hôtellerie. De gauche à droite : Lauranna Gardey, Alain Raluy et Camille Montagne. À l'arrière-plan, en distanciel, François Dupuy.
La table ronde a rassemblé des experts de l'hôtellerie. De gauche à droite : Lauranna Gardey, Alain Raluy et Camille Montagne. À l'arrière-plan, en distanciel, François Dupuy.

La question du ré-enchantement du travail se pose partout et depuis longtemps. Pour François Dupuy, sociologue, le management de ces trois dernières décennies a contribué à dégrader la fidélisation et l’engagement dans l’entreprise. “La mondialisation, avec des consommateurs qui veulent plus pour moins cher, a marqué le début du désengagement émotionnel des salariés. Car la variable d’ajustement pour faire face à cela a été l’organisation du travail : on est alors entré dans un mode de management coercitif, générant du contrôle et trop de process”, note-t-il. Selon lui, ceux ayant le mieux réussi à gérer la crise sanitaire ont pratiqué un encadrement de proximité et la désobéissance organisationnelle. “Cette crise a apporté de l’autonomie aux gens et il est difficile de revenir en arrière. Aujourd’hui, le management doit privilégier l’autonomie des salariés - qui s’exerce dans un cadre préalablement défini, leur responsabilisation, la confiance, la simplicité des organisations.” On peut par exemple externaliser certaines tâches ne générant pas de valeur, sans que cela coûte plus cher.

Camille Montagne, responsable formation, qualité et durabilité à l’Intercontinental Genève Crowne Plaza, voit “un changement dans les modes de recrutement : on regarde les compétences globales, le savoir-être, la personnalité. On voit aussi que les candidats sont en recherche de sens, et de plus de temps libre”. Les petits établissements, qui n’offrent pas les mêmes possibilités que les grands groupes, peuvent eux miser sur la marque employeur et se réunir pour mutualiser des services (comme la formation) à l’instar des groupements d’employeurs CHR ou des clubs d’hôteliers.

 

#Emploi #Management #Vatel


Laetitia Bonnet Mundschau
Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
Spa : check-list pour ouvrir
par Perrine Edelman
Services