×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Formation - Écoles

Le lycée Renée Bonnet de Toulouse met la Georgette à l'honneur

Formation - Écoles - mardi 11 avril 2017 10:32
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :

Toulouse (31) L'établissement s'est intéressé à l'ustensile inventé par un naturaliste ariégeois, Jean-Louis Orengo. Ce dernier s'est inspiré d'une patte d'ours pour créer un couvert unique en son genre, à mi-chemin entre couteau, fourchette et cuillère.



Les chefs réunis autour de La Georgette au lycée Renée Bonnet de Toulouse.
Les chefs réunis autour de La Georgette au lycée Renée Bonnet de Toulouse.

C'est un projet pédagogique qui a tenu en haleine enseignants et élèves du lycée Renée Bonnet de Toulouse pendant l'année. Outre les premières de bac pro restauration, cinq autres classes ont travaillé sur une idée lancée par le professeur de cuisine Nicolas Edru : plancher sur la Georgette, un couvert inventé par l'Ariégeois Jean-Louis Orengo. Une vingtaine de chefs d'Occitanie et les lycéens se sont retrouvés pour une journée autour de ce couvert multi-usages, le 20 mars dernier.
"Nous avons voulu montrer aux futurs professionnels que la cuisine n'est pas figée. Il n'y a pas eu d'innovation depuis Catherine de Médicis, Il faut faire bouger les codes du service", explique Nicolas Edru.

La Georgette, source de créativité


"Quel sera l'avenir de la Georgette ? La solution est entre les mains des chefs,
explique le sociologue Jean-Pierre Poulain, directeur de l'Isthia. Je ne pense pas qu'elle remplacera les couverts sur les tables mais elle peut être précieuse, par exemple, pour les personnes en situation de handicap." Alain Ducasse a été l'un des premiers à s'y intéresser, mais il n'est pas seul. Au niveau local, Paul Fontvielle, chef du Carré de l'angle à Saint-Lizier (Arriège) l'utilise en cuisine comme en salle.

Jean-Louis Orengo voit un intérêt écologique à ce couvert qui mélange couteau, cuillère et fourchette : "Un seul couvert à laver consomme moins d'eau", argumente-t-il. Environ 50 000 Georgette se vendent chaque année en France et en Europe. L'entreprise est en plein développement.

Le Lycée Renée Bonnet entend bien poursuivre l'expérience l'année prochaine, en faisant travailler les lycéens sur les différentes fonctionnalités de la Georgette lors de l'élaboration des plats.
 

 

 

 

 

 

Dorisse Pradal
Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR : les conditions de travail (+ modèles de lettres)
par Tiphaine Beausseron et Daniel Gillot
Services