×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Formation - Écoles

Ferrières : bilan prometteur après six mois d'ouverture

Formation - Écoles - lundi 11 janvier 2016 16:46
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :

Ferrières-en-Brie (77) L'école de 'l'excellence à la française', qui a accueilli sa première promotion en septembre, suscite la curiosité des médias et l'intérêt des jeunes. Six mois après son ouverture, directeur et étudiants se confient.



À la rentrée prochaine, les effectifs de Ferrières devraient passer d'une trentaine d'étudiants à une centaine.
© DR
À la rentrée prochaine, les effectifs de Ferrières devraient passer d'une trentaine d'étudiants à une centaine.

Ils ne se sont pas reconnus dans le reportage diffusé début janvier sur M6. Ni dans celui de L'Obs, paru en novembre. La trentaine d'étudiants de la première promotion de Ferrières, école qui forme à l'hôtellerie de luxe et à la gastronomie, à Ferrières-en-Brie (77), ont eu l'impression de passer pour des nantis. Or, s'ils ont intégré cette école, c'est par passion et par intérêt pour l'enseignement qui y est dispensé par des MOF, des professionnels, des universitaires. Car, ici, on casse les codes. Les cours sont l'occasion d'échanges, de débats, de partages d'expériences. La méthode du seul du diaporama qui défile est bannie. Le directeur de Ferrières, Khalil Khater, président-fondateur du Groupe Accelis, veut de l'interaction, pas du par coeur. Une dynamique qui répond aux attentes des étudiants. Des jeunes venus parfois de loin, à l'instar de Christian Hayek, qui a quitté le Liban pour parfaire ses connaissances en hôtellerie, ou encore de Jules Orssaud, qui a fait le voyage depuis Montréal "pour apprendre la cuisine".

Bourses, prêts bancaires et extras

C'est dans l'ancien château du baron James de Rothschild que Ferrières a élu domicile. Un site somptueux mais trompeur quant au profil des élèves. Car, si l'année coûte 18 000 €, une majorité de ces jeunes bénéficient d'une bourse. Ils sont nombreux également à avoir contracté des prêts bancaires et à enchaîner les extras pour se payer un studio à Bussy-Saint-Georges (77). C'est le cas de Feriel Allik, diplômée d'une Licence AES, qui ne compte pas ses heures ni à Ferrières, ni dans l'hôtel où elle est réceptionniste, ni dans la boutique où elle vend de la lingerie. "Même fatigué, on vient en cours avec le sourire", confie-t-elle. Khalil Khater tient à s'ouvrir à tous. Aussi a-t-il créé un fonds de dotation "pour baisser les frais de scolarité, jusqu'à 30 % selon les cas".

Enfin, contrairement aux images diffusées sur M6, l'école n'est pas dotée d'une navette pour conduire les élèves entre la gare RER de Bussy et le château. "Soit on prend le bus, soit on s'entasse à quatre dans une Smart, soit on vient en skate comme Jules", raconte Anastasia Tess, qui cumule un double master en droit français et russe, mais souhaite se spécialiser dans la sommellerie. À 27 ans, elle dirigeait un restaurant à Paris quand on lui a parlé de Ferrières et de ses 400 m2 de caves et salles de dégustation. "J'ai démissionné pour repartir à zéro", explique-t-elle.

Anne Eveillard
Journal & Magazine
N° 3790 -
20 janvier 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Spa : check-list pour ouvrir
par Perrine Edelman
Services