×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Formation - Écoles

Le développement durable au coeur des débats du congrès de l'Anephot

Formation - Écoles - mardi 1 décembre 2015 16:11
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :

Saint-Nazaire (44) L'Association nationale des écoles privées d'hôtellerie et de tourisme a organisé son 31e congrès dans les locaux du lycée Sainte-Anne, à Saint-Nazaire. Une centaine de participants ont échangé sur l'alimentation de demain, à l'heure de la COP 21.



Le sujet était raccord avec l'actualité et l'ouverture des premiers échanges de la COP 21. Proposer une cuisine variée, de qualité, tout en respectant l'environnement, c'est sur ce thème qu'ont planché les 125 participants au 31e congrès national de l'Association nationale des écoles privées d'hôtellerie et de tourisme (Anephot), organisé les 26 et 27 novembre au lycée hôtelier Sainte-Anne de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). "On ne peut débattre autour de la cuisine de demain sans parler de développement durable, d'éthique, de circuits courts", explique Joseph Le Gal, président de l'Anephot et directeur du lycée Sainte-Anne. Pour cela, il avait notamment convié les chefs étoilés Régis Marcon et Philippe Vételé, tous deux impliqués dans la protection de l'environnement. Le premier a décroché l'écolabel européen dans son établissement de Saint-Bonnet-Le-Froid (Haute-Loire), où il veille à mieux gérer les consommations d'énergie et d'eau, assure le tri sélectif et le recyclage des déchets, limite les emballages et les déplacements, sensibilise son personnel au développement durable et, bien sûr, privilégie les produits bio et locaux dans ses menus, petit déjeuner compris. Quant au second, installé à Pornic (Loire-Atlantique), il fait la part belle à la pêche locale.

"Il est temps de prendre conscience de l'utilité à acheter local, respecter les saisons et consommer du végétal", reprend Joseph Le Gal. Le président de l'Anephot ajoute que la formation dispensée aux jeunes va devoir s'adapter à cette nouvelle donne. "Même avec le programme actuel, on peut introduire ces changements de comportement, cette incitation à acheter différemment, explique-t-il. Nous devons faire comprendre aux jeunes que l'on ne peut que gagner en achetant local. Il ne faut plus se cantonner qu'au bio : la culture raisonnée est tout aussi importante, selon moi. Et c'est à nous, enseignants, formateurs, de les sensibiliser, de les informer."

Près de 5 000 € réunis pour lutter contre la mucoviscidose

Autre thème abordé durant le congrès : tourisme de bien-être, cuisine et soins naturels. Et, là encore, le développement durable était au coeur des débats, échanges, rencontres entre cuisiniers, producteurs locaux, spécialistes du spa, chefs d'entreprise et formateurs. Enfin, soutenu par 35 partenaires, le congrès a organisé une soirée de gala dans les salons de l'hôtel Hermitage à La Baule (Loire-Atlantique). Une occasion d'introniser quelques personnalités, dont Michel Lugnier, Inspecteur général de l'Éducation nationale, au sein de la jurade de Saint-Émilion. Autre temps fort : les deux tombolas qui ont permis de réunir près de 5 000 € au profit de l'association Vaincre la mucoviscidose. Quant à la statue tout en chocolat de Saint-Émilion, qui était l'un des lots de ces tombolas, elle a justement été remportée par les membres de la confrérie des vins de Saint-Émilion : le hasard fait parfois bien les choses.

Anne Eveillard
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Tours de main
par Marcel Mattiussi
Services