Actualités
Accueil > Actualités > Équipements et nouvelles technologies

Airbnb est-il un concurrent de l'hôtellerie ?

Équipements et nouvelles technologies - jeudi 19 mai 2016 15:34
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Selon une étude du cabinet Coach Omnium, l'impact de la plateforme sur l'activité hôtelière en France est faible.



Proportion des voyageurs choisissant Airbnb face à une autre solution d'hébergement.
Proportion des voyageurs choisissant Airbnb face à une autre solution d'hébergement.

Menée sur 1 178 voyageurs français et étrangers séjournant à l'hôtel en France, l'enquête du cabinet Coach Omnium sur 'Les clients d'hôtels et Airbnb' visait à connaître la réalité des modes de consommation. "Les seules études existantes pointent la montée en puissance d'Airbnb, mais pas son impact sur l'hôtellerie", souligne Mark Watkins, président de Coach Omnium. "Nous avons analysé les chiffres de l'Insee qui ne révèlent pas de baisse d'activité de l'hôtellerie française. Si l'activité parisienne est en baisse, c'est suite aux attentats mais, de manière surprenante, certaines villes comme Reims, ont bénéficié de cette désertion de Paris par la clientèle étrangère."


Des voyageurs jeunes et à faible budget

Selon l'étude, 20 % des sondés consomment à la fois Airbnb et l'hôtellerie, mais il s'agit de clients qui effectuent seulement un à trois séjours par an à l'hôtel. "Ces voyageurs sont plus jeunes, moins de 35 ans, et sont consommateurs de low cost, d'hôtellerie économique et super-économique", précise Mark Watkins. Parmi ces clients qui consomment à la fois de l'hébergement Airbnb et hôtel, six sur dix affirment choisir un logement Airbnb en remplacement d'un hôtel et, dans deux tiers des cas, cet arbitrage se fait dans le cadre d'un séjour à l'étranger et n'affecte pas l'activité hôtelière en France.

Pour Mark Watkins, les clients d'Airbnb sont une clientèle additionnelle, qui n'aurait pas voyagé sans l'existence de telles offres.

Par ailleurs, la stabilité des taux d'occupation révélée par l'Insee conforte la position de l'étude. "Ces données chiffrées de l'Insee et le sondage de Coach Omnium confirment que les clients ne s'évaporent pas significativement de l'hôtellerie française et, de toute façon, pas au profit d'Airbnb", conclut l'étude.
S'il existe un choix entre Airbnb et une autre forme d'hébergement, les premières victimes de cet arbitrage seraient plutôt les gîtes qui proposent une offre similaire aux particuliers d'Airbnb.


Vanessa Guerrier-Buisine
Le conseil de Mark Watkins
"Les hôteliers doivent développer une offre plus familiale, avec de vraies chambres communicantes, un sas ou des chambres destinées aux familles. C'est une solution potentielle pour éviter une fuite vers Airbnb. Attention aux prix de ces chambres pour rester attractif, car les familles recomposées, plus nombreuses, sont plus sensibles en termes de budget."
En complément :
  Résumé de l'enquête
  Les locations de meublés de courte durée inquiètent aussi les parisiens selon l'AhTop


Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :
Administration Forum
 Vos questions et commentaires : Signaler un abus
Alexandre Bouvier
Excellente étude de Coach Omnium et analyse pertinente de Mark Watkins, même si le fait de modifier la structure d'un hôtel pour avoir des chambres communicantes me semble incompatible avec le fait de ne pas avoir un impact sur les prix des chambres. En outre, il ne me semble pas 'surprenant' que des villes comme Reims subissent une baisse d'activité liée aux attentats, étant donné que les étrangers passent forcément par les aéroports parisiens pour se rendre dans ces villes. Du coup des sites comme le Mt St Michel ont souffert cette hiver alors que le risque d'attentat ne semble pas être le plus important. Mais pour que les asiatiques se rendent sur ce site, ils doivent passer par CDG, ce qu'ils n'ont pas fait cet hiver. Il en est de même pour des villes comme Bruges qui a subi de plein fouet les attentas de Bruxelles.
19/05/2016 18:03
Suivre et être alerté des nouvelles publications de Alexandre Bouvier
frederique debris
quand 200 airbnb , aujourd'hui,sont proposés sur une ville 'bord de mer 'de 20000 hab , au lieu des 80 recensés en septembre 2015 , osez donc me dire que nous ,hôteliers secteur éco (2 étoiles),ne sommes pas impactés !
19/05/2016 18:57
Suivre et être alerté des nouvelles publications de frederique debris
Anne ANNE
Incroyables déductions basées sur on ne sait pas quoi. je fréquente des professionnels qui s'hébergent sur Airbnb au lieu des hôtels 8 fois sur 10, qui ont 50 ans et ne correspondent absolument pas à ces profils. Stop au grand n'importe quoi, Airbnb est à l'hôtellerie ce que Uber est aux taxis. Du black possible, non taxé qui ne finance pas le pays.
19/05/2016 22:38
Suivre et être alerté des nouvelles publications de Anne ANNE
L'Hôtellerie Restauration
Bonjour. Un lien pdf vers les résultats de l'enquête vient d'être rajouté.
20/05/2016 09:34
Suivre et être alerté des nouvelles publications de L'Hôtellerie Restauration
Mark WATKINS
Je comprends que les conclusions de cette étude puissent agacer des hôteliers, tant elles bousculent des croyances (bien) établies. Pour comprendre, le mieux reste encore de lire le dossier complet, qui est accessible gratuitement sur notre site : http://www.coachomnium.com/bonus/sondage-exclusif-clients-dhotels-airbnb.html Merci. Mark Watkins
20/05/2016 09:35
Suivre et être alerté des nouvelles publications de Mark WATKINS
Christophe PAVY
Tous ces hébergements dit 'non-marchands' étaient, il y a quelques années, tous dispersés -mais existaient bel et bien- (surtout en zone touristique), bouche à oreille, chez l'habitant.. et éparpillés sur les premiers sites web en ligne existants. Cet effet de masse vient du fait qu'ils sont, maintenant, tous présents sur Airbnb. Je suis d'accord avec cette étude.
20/05/2016 17:18
Suivre et être alerté des nouvelles publications de Christophe PAVY
frederique debris
merci donc à airbnb pour cette mise en évidence !! ? quand un même propriétaire a 45 logements 'home-stagingisés' ,sortis du marché de la location traditionnelle, je n'appelle pas ça de l'économie collaborative mais une entreprise dont le but est de gagner du fric en s'affranchissant des contraintes fiscales et réglementaires
20/05/2016 18:13
Suivre et être alerté des nouvelles publications de frederique debris
Anne ANNE
Je suis totalement d'accord avec Frédérique Debris, j'en vois plein dans le sud et sur Paris, toutes les villes de France. L'étude de Coach Omnium est totalement fantaisiste. Pardon, car j'ai un grand respect pour vos documents en règle générale, mais je m'insurge devant tant d'aveuglement. Je suis professionnelle du tourisme et découvre énormément de produits non déclarés en ligne qui concurrences totalement l'hébergement déclaré marchand. En quoi le fait que ce soit des con,sommateurs d'ordre privé qui continuent à consommer en séjour professionnel, confirme votre étude ? Au lieu d'aller en hôtellerie dans le contexte privé, alors ils vont sur airbnb, d'où un manque à gagner sur ce type de séjour.
21/05/2016 10:58
Suivre et être alerté des nouvelles publications de Anne ANNE
Anne ANNE
Voyus indiquez que les clients 'Les clients d’hôtels qui sont également clients Airbnb', ce qui signifie clairement qu'il y a une migration de l'hébergement hôtelier vers l'économie dite collaborative. Dans l'énoncé même, vous avez déjà la réponse !!
21/05/2016 10:59
Suivre et être alerté des nouvelles publications de Anne ANNE
Anne ANNE
Quand vous écrivez : 'les voyageurs concernés, ceux qui pratiquent les deux formules (hôtellerie et Airbnb), représentent potentiellement peu de chambres perdues'. Ah bon ? Mr Watkins, pardon mais la marge aussi représente peu de chiffre d'affaires. Et là aussi, c'est bien là qu'est le problème. Vos propos me mettent vraiment de mauvaise humeur :(
21/05/2016 11:01
Suivre et être alerté des nouvelles publications de Anne ANNE
Anne ANNE
Enfin et pour terminer avec mes remarques, je conteste la représentativité et la pertinence de votre échantillonnage. Ce ne sont pas seulement les clients des hôtels qu'il fallait interroger, mais aussi ceux d'airbnb, sinon votre enquête n'est représentative que partiellement ou pour une portion congrue et peut n'être qu'une portion très réduite. Point sur lequel vous n'avez aucune visibilité, donc votre enquête n'est pas représentative ni le reflet de la réalité.
21/05/2016 11:41
Suivre et être alerté des nouvelles publications de Anne ANNE
Mark WATKINS
Anne Anne, allez …vous êtes juste énervée. Cela ne va pas dans le sens qui vous plairait, donc vous n'avez comme argument que de dire que l'étude est fantaisiste et mal faite. Casser le thermomètre n'a jamais fait partir la maladie... Ne laissons pas la culture de l'excuse l'emporter. Je n'irai pas plus loin en ajoutant seulement qu'il ne s'agit que d'une étude, faite dans les règles de l'art, mais seulement une simple étude. Sans parti pris, sans intérêt à défendre, sans complaisance, comme toutes les études que nous réalisons. Cela ne mérite vraiment pas tant de déchaînement. Cette enquête ne changera rien chez ceux qui préfèrent que rien ne change. Chacun pourra de toute façon garder l'opinion qui lui convient le mieux. Pour ce qui nous concerne, nous voulions savoir et à présent nous savons. Mark
21/05/2016 16:10
Suivre et être alerté des nouvelles publications de Mark WATKINS
Anne ANNE
Quelle force d'auto-conviction ! Oui vous avez raison, la raison ne sert à rien en l'occurrence. Tout comme les chiffres, certains manient les mots avec verve et peu importe ce que le fond véhicule, un zeste de culpabilité et de condescendance pour enrober le tout et la messe est dite. Tant qu'on parle d'eux et qu'on publie en mettant en valeur des chiffres et des lettres. Certains parlaient d'étoiles aussi ... Tout dans la forme et du vide dans le fond, c'est bien là le reflet de l'époque dans laquelle nous vivons. Merci pour le rappel !
26/05/2016 00:26
Suivre et être alerté des nouvelles publications de Anne ANNE
  Publier



Équipements et nouvelles technologies

Journal & Magazine
Services