×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Emploi

En Angleterre, l'impact du Brexit sur l'emploi dans la restauration

Emploi - vendredi 30 avril 2021 11:30
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      

GRANDE-BRETAGNE Les nouvelles mesures mises en place par le gouvernement britannique compliquent l'embauche des travailleurs étrangers dans le secteur.



À Londres, le Wolseley est le fleuron du groupe de restauration Corbin & King.
© Corbin & King
À Londres, le Wolseley est le fleuron du groupe de restauration Corbin & King.

Dans un secteur déjà éprouvé par la pandémie, les inquiétudes concernant le recrutement dans les restaurants émergent à l’ère post-Brexit. En effet, suite au départ d’un certain nombre de citoyens européens du Royaume-Uni, le secteur de la restauration - qui repose, pour plus d’un quart, sur la présence de travailleurs nés à l’étranger - appréhende la suite. D’autant que pour pouvoir embaucher des étrangers désireux de s’installer outre-Manche, les restaurateurs devront désormais sponsoriser eux-mêmes la venue de leur employé potentiel. Il faut compter jusqu’à 1 476 £ de frais (environ 1700 €), annonce le site du gouvernement britannique, faire accepter le dossier (il n’est pas garanti qu’il le soit), et ne sponsoriser que des candidats de niveau managérial, ce qui exclut les serveurs, par exemple).

Dans ces conditions, le recrutement va devenir “un problème majeur”, analyse Jeremy King, le PDG de Corbin & King (un groupe de restauration comprenant neuf établissements à Londres, dont The Wolseley). “Les travailleurs européens apportent beaucoup au Royaume-Uni” ; non seulement leur compétence, mais aussi “cette culture, cette expertise” de la restauration et de l’hospitalité, relève-t-il. Or, désormais, “ce sera très compliqué de les faire venir. Ceux qui viendront quand-même seront plutôt des touristes, qui resteront avec un visa touristique de six mois. Bien sûr, c’est trop court pour nous”.

 

Vague de départs de travailleurs européens

 Si ses établissements ne sont pas concernés actuellement par le manque de main-d’œuvre, dans la mesure où ils bénéficient d’une réputation suffisamment établie pour recevoir des candidatures locales, Jeremy King a toutefois constaté beaucoup de départs au sein de son groupe. “Avant la pandémie et le Brexit, nous avions 800 employés ; désormais, nous en avons 600. Or, sur les 200 employés qui sont partis, presque tous sont des travailleurs européens”, confie-t-il. De même, “notre pourcentage de travailleurs européens était auparavant de 80 % ; ce pourcentage est maintenant de 65 %.” Parmi ses employés partis depuis août dernier, 23 d’entre eux étaient Français ; “5 ont précisé qu’ils rentraient en France. Comme eux, il y a beaucoup d’Européens qui, suite au Brexit, ont abandonné leur projet de faire leur vie ici…

 

#Brexit 


Anastasia Chelini
Journal & Magazine
Services