Les gouvernantes d'hôtel, essentielles pour l'image d'un établissement

Canet-en-Roussillon (66) Rapides, efficaces mais souvent dans l'ombre, ces professionnelles sont, avec les femmes de chambre, les garantes du bien-être des clients. Rencontre avec Emmanuelle Moya, gouvernante générale à l'hôtel Les Flamants roses à Canet-en-Roussillon.

Publié le 06 janvier 2015 à 16:54

8 heures : la journée commence pour Emmanuelle Moya, gouvernante générale à l'hôtel Les Flamants roses à Canet-en-Roussillon (66), et son équipe. C'est l'heure du briefing avec les femmes de chambre, qui peuvent être une dizaine lorsque les 90 chambres sont occupées. "J'ai un rôle de chef d'orchestre, détaille-t-elle. Je dois faire le point sur les souhaits de clients et vérifier que tout est en place."

Emmanuelle Moya a commencé dans le métier à 25 ans, après une première expérience en comptabilité : "J'ai aujourd'hui 52 ans et j'ai fait toute ma carrière aux Flamants roses. L'ambiance est familiale, ce qui me plaît beaucoup. J'ai commencé comme femme de chambre et j'ai grimpé les échelons." Emmanuelle Moya a suivi l'évolution de l'entreprise familiale "Je me suis adaptée aux nouveau codes, j'ai grandi et progressé en même temps que l'hôtel, qui est passé de 2 à 4 étoiles."

"Rien ne doit échapper à notre vigilance"

Et de détailler: "Aucun coin de la chambre ne doit échapper à notre vigilance. En quinze à vingt minutes, il faut vérifier la propreté des sanitaires bien évidemment, mais aussi des tiroirs, le dessous des lits et des canapés. Je donne toujours ce conseil aux femmes de chambre : 'Lorsque vous quittez la pièce, retournez-vous et scannez la chambre du regard. Rien ne doit vous échapper.' Je tiens à leur faire comprendre que notre rôle est essentiel et je cherche toujours à les valoriser."

Le smic hôtelier est en vigueur dans la profession. Une gouvernante en fin de carrière peut espérer toucher 1800 € net mensuels. "Pas besoin de diplôme particulier pour devenir femme de chambre, mais un CAP services hôteliers peut être apprécié. En revanche pour devenir gouvernante, il est indispensable de bien connaître le fonctionnement d'un hôtel", détaille Emmanuelle Moya. Un bac technologie hôtelière ou un BTS de gestion hôtelière sont de bonnes portes d'entrée.

Curieuse, polyvalente, Emmanuelle Moya s'est formée à la relation client et a travaillé huit ans au centre de thalassothérapie de l'hôtel. Son secret ? Faire son travail avec passion et ne jamais compter ses heures.


Photo

Publié par Dorisse PRADAL



Commentaires
Photo

En cliquant sur publier vous acceptez les [conditions générales d'utilisation]

Voir notre Politique des données personnelles



Vidéos-Podcasts


Newsletter

Ne Ratez plus l'actualité , abonnez-vous à la newsletter quotidienne !


Dernières offres d'emploi

Cuisinier H/F

56 - HOEDIC

Les Cardinaux, hôtel bar restaurant situé sur l'île paradisiaque d'Hoedic (Morbihan), recherchent leur CUISINIER(e) immédiatement. 70-100 couverts/ max/service. Poissons, crustacés fruits de mer.produits frais. Autonome, fiable,sérieux. nourri logé blanchi. Contact dilephil@yahoo.fr

Posté le 20 avril 2024

Barman(maid)

34 - AGDE

Groupe VILLA (L'ARLEQUIN, LE NAUTILUS, MIAMI PRIME) sur le port de Cap d'Agde recherche h/f Barman/ Barmaid polyvalents.en saison ou à l'année Bar d'envois vous aurez la responsabilité de la préparation et de l'envois des cocktails, boissons et coupes de glaces. Expérience exigée avec diplôme so

Posté le 20 avril 2024

Cuisinier H/F

Suisse

Suisse-Valais-Champex-Lac. Hôtel*** familial recherche pour saison d'été un cuisinier(H/F) qualifié sachant travailler seul. Cuisine traditionnelle soignée. Logé. Salaire motivant. CV et Références / corinnericher64@gmail.com / 0041787164432 / www.hotel-splendide.ch

Posté le 20 avril 2024