Des jeunes sensibilisés à l'accueil des déficients visuels au restaurant

Paris (75) Des élèves de bac pro service et cuisine du lycée Jean Drouant, à Paris, ont suivi une formation à l'accompagnement des personnes malvoyantes au restaurant. Une initiation en amont d'un déjeuner à l'aveugle sous forme de travaux pratiques.

Publié le 06 février 2023 à 16:05

L’amphi du lycée hôtelier Jean Drouant, à Paris (XVIIe), affichait complait dans la matinée du 2 février dernier. Les élèves de bac pro, service et cuisine, ont suivi une formation à l’accueil des personnes en situation de déficience visuelle. Pour leur transmettre les bons réflexes à avoir et autres bons gestes à adopter : Freddy Zerbib et Tom Raybaud. Le premier, restaurateur, a fondé l’association Speak You, instigatrice d’un menu vocal à destination des malvoyants. Le second, non voyant, intervient comme formateur dans l’univers hospitalier et en lycées hôteliers. Deux profils complémentaires, pédagogues et capables de créer des interactions avec les jeunes. Entre jeu de questions-réponses et mises en situation, les élèves du lycée parisien ont pu comprendre ce que ressent et ce qu’attend une personne en situation de handicap visuel, lorsqu’elle pousse la porte d’un restaurant.

 

“Une aide proposée, mais jamais imposée”

“Accueillir dans un restaurant et servir à table une personne malvoyante, c’est prendre en compte sa façon de se déplacer, s’informer et communiquer”, a souligné Freddy Zerbib. C’est également créer une relation de confiance, qui doit durer jusqu’à la remise de l’addition et le maniement de la carte de crédit, ou de l’argent, du client déficient visuel. “D’où une aide proposée, mais jamais imposée”, a expliqué Tom Raybaud. Les formateurs ont ainsi détaillé comment “offrir son coude” à la personne en situation de handicap, afin de l’accompagner jusqu’à sa table, tout en lui commentant le décor de la salle, pour lui donner quelques repères. Une table facile d’accès de préférence, afin de simplifier tout déplacement durant le repas, dont celui vers les toilettes. Une table sur laquelle il vaut mieux éviter les accessoires superflus, préférer les verres plats aux verres à pied, privilégier les assiettes sans rebords et les ramequins pour les garnitures et les sauces. Quant à la présence d’un chien guide ou d’assistance, elle n’a rien d’anodin. “Il ne faut ni le caresser, ni lui donner à manger”, ont prévenu les formateurs. En revanche, il est de bon ton de placer le chien à côté de son maître et penser à poser une gamelle d’eau.  Enfin, côté cuisine, Freddy Zerbib a insisté sur le fait d’émincer la viande pour qu’elle se coupe sans couteau, lever les filets de poisson et éviter les assiettes trop chaudes, “car les malvoyants les touchent avant de commencer à manger”.

Des codes et une bienveillance que les jeunes de bac pro ont mis ensuite en application lors d’un déjeuner au restaurant d’application Julien François de leur lycée. Parmi les convives : des malvoyants de l’association Valentin Haüy et des personnes prêtes à passer à table avec un bandeau sur les yeux. Des travaux pratiques pour sensibiliser à l’inclusion, à l’accueil de tous dans un restaurant, à l’heure où l’on recense 3,1 millions de personnes en situation de handicap visuel en France.

 

accueil Emploi et handicap #Malvoyant#


Photo

Publié par Anne EVEILLARD



Commentaires
Photo

En cliquant sur publier vous acceptez les [conditions générales d'utilisation]

Voir notre Politique des données personnelles