×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Huit chefs décrochent le titre de Meilleur ouvrier de France

Vie professionnelle - vendredi 18 novembre 2022 14:38
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :

Grenoble (38) À l'issue des épreuves finales organisées au lycée Lesdiguières de Grenoble les 16 et 17 novembre, huit chefs, dont pour la première fois un Japonais, entrent dans le cercle d'excellence des Meilleurs ouvriers de France cuisine.



Lycée Lesdiguières, Grenoble, jeudi 17 novembre, 21 h 30. Placés à la droite de la tribune rassemblant les 52 grands chefs du jury, les 30 finalistes (28 hommes, deux femmes) de la 27e édition du concours d’un des Meilleurs ouvrier de France cuisine vont enfin connaître les résultats à l’issue de cette finale. Aidé de deux commis, élèves du lycée Lesguières, chacun a dû réaliser les trois plats imposés en cinq heures : quinze candidats la veille et quinze le jour même. Aussi lorsque Alain Ducasse, président du concours prend la parole après les discours de Ouarda La Torre, proviseure du lycée et Hélène Insel, rectrice de l’académie, et de Guillaume Gomez, ambassadeur de la gastronomie française, les visages se tendent.

Aux finalistes de ce concours auquel s’étaient inscrits 514 chefs, il adresse d’abord ses félicitations, saluant “l’engagement, le travail et la ténacité de chacun”. Puis il appelle un à un les lauréats, par ordre alphabétique : David Alessandria, David Boyer, Louis-Edouard Gachet, Guillaume Goupil, Yann Maget, Tom Meyer, Jérôme Schilling, Kenichiro Sekiya. Dans leurs yeux, la délivrance, la joie extrême aussi. L’émotion est palpable.

 

Un premier chef japonais MOF

C’est une sacrée épreuve. Très technique. C’est beaucoup de travail et d’organisation”, témoigne David Boyer, fier de ramener le titre dans sa région natale (Limoges). Cet ancien de chez Anne-Sophie Pic a monté son entreprise de traiteur et chef à domicile. Il s’est entraîné avec deux autres finalistes, Tom Meyer et Louis-Edouard Gachet. Et tous trois ont décroché le titre ! “Nous avons répété sept fois l’épreuve. Notre coach, Arnaud Faye [chef doublement étoilé du Château de la Chèvre d’or à Èze] a eu raison de nous mener la vie dure”, avoue le lauréat.

Pour Tom Meyer, chef du restaurant Granite à Paris, et Jérôme Schilling, chef du restaurant Lalique (Château Lafaurie-Peyraguey), l’année 2022 avait déjà bien commencé avec, respectivement, une première et une deuxième étoile Michelin. Venu de Tokyo où il est chef exécutif de la restauration chez Joël Robuchon, Kenichiro Sekiya est aux anges. “J’ai décidé de m’inscrire au MOF en 2018, après ma victoire au prix culinaire Taittinger. On ne peut pas rêver meilleure reconnaissance pour un chef que ce titre !”, explique le premier Japonais MOF. Paul Bocuse l’avait lui aussi reçu un 17 novembre. “Le 17 novembre 1961”, a d’ailleurs précisé Guillaume Gomez.

 

#MOF


Nathalie Ruffier
Journal & Magazine
N° 3786 -
25 novembre 2022
N° 3785 -
12 novembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
La gastronomie moléculaire
par Hervé This
Services