×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Alain Grégoire (Umih Auvergne-Rhône-Alpes) : "Il nous manque 8 000 salariés dans la région"

Vie professionnelle - lundi 18 juillet 2022 11:51
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Le président du syndicat rhônalpin annonce des perspectives très positives pour la saison touristique estivale, même si les professionnels sont confrontés à plusieurs difficultés, le manque de personnel notamment.



Alain Grégoire a été réélu en janvier dernier à la présidence de l'Umih AURA : 'Le ciel s'est dégagé pour les professionnels mais il reste des zones de turbulences.'
© Umih AURA
Alain Grégoire a été réélu en janvier dernier à la présidence de l'Umih AURA : 'Le ciel s'est dégagé pour les professionnels mais il reste des zones de turbulences.'

L’Hôtellerie Restauration : Comment s’annonce l’activité touristique pour cet été ?

Alain Grégoire : Après avoir réalisé une bonne saison ce printemps, où 38 % des professionnels ont même enregistré une hausse de leur activité par rapport à 2019, la saison estivale s’annonce tout aussi positive. D’après une étude du CRT Auvergne Rhône-Alpes, 78 % des acteurs du tourisme pensent travailler autant que l’an dernier à la même période. Les réservations ont même été faites beaucoup plus tôt que les années précédentes. Les perspectives sont donc très encourageantes. Même si plusieurs inquiétudes et difficultés demeurent.

Quelles sont-elles ?

Premièrement, l’inflation est source de complication car avec l’augmentation des prix des matières premières et des énergies, les marges des professionnels sont réduites. Il leur est difficile d’augmenter leur prix face au pouvoir d’achat en berne des clients. La situation est donc complexe, d’autant plus que de nombreuses entreprises dans la région restent fragiles depuis la crise du Covid. Un tiers d’entre elles ont d’ailleurs des problèmes de trésorerie. Voilà pourquoi, nous militons pour que le remboursement du PGE soit repoussé à dix ans au lieu de quatre. Et puis l’autre grande difficulté rencontrée, c’est toujours la pénurie de personnels dans nos métiers. On estime qu’il nous manque 8 000 salariés dans la région ! Et tous les secteurs sont concernés : réception, cuisine, service… La situation est même très tendue en Ardèche, dans la Drôme et le Puy-de-Dôme, où l’activité touristique nécessite beaucoup de saisonniers. Or, depuis la crise du Covid, ils sont nombreux à avoir changé de métier, et ils ne sont pas revenus.

Quelles solutions pour attirer du personnel ?

Grâce à des accords nationaux noués en janvier dernier, nous avons amélioré les conditions de rémunération des salariés, avec une augmentation de 15 % des salaires [en moyenne, par rapport à la grille précédente, NDLR]. Sans compter que plus personne n’est aujourd’hui au Smic [jusqu'au 1er août prochain]. Et nous allons mener de nouvelles négociations salariales d’ici la fin de l’année. Cette avancée nous permet aujourd’hui de rendre notre secteur plus attractif. D’autant que les entreprises font aussi de nombreux efforts, avec notamment des horaires aménagés pour leurs salariés.

Quelles actions avez-vous mises en place dans la région pour aider les professionnels à recruter ?

Nous avons organisé des job datings sur tous les territoires, notamment avec Pôle emploi. Mais nous faisons aussi du lobbying pour promouvoir notre secteur. Nos adhérents vont dans les lycées et CFA de la région pour présenter les métiers de l’hôtellerie-restauration et les voies de formations. Nous aidons également les personnes en reconversion professionnelle qui souhaitent s’orienter vers nos métiers, avec des aides, un accompagnement... Il faut valoriser davantage notre secteur d’autant qu’il fait bon travailler dans notre région. Il y a beaucoup d’emplois, et des établissements de haut niveau.

 

#Umih #AlainGregoire


Stéphanie Pioud
Journal & Magazine
N° 3786 -
25 novembre 2022
N° 3785 -
12 novembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion en CHR : outils pratiques
par Jean-Claude Oulé
Services