×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Fin des terrasses chauffées en plein air, édito du magazine du 15 avril 2022

Vie professionnelle - lundi 11 avril 2022 16:51
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :




Depuis le 31 mars dernier, c’en est fini des braseros, radiants électriques et parasols chauffants qui permettaient aux clients des bars et restaurants de consommer dehors tout en restant chaud. L’article 181 de la loi Climat et résilience du 22 août 2021 prévoit qu’à compter de cette date,l’utilisation sur le domaine public de systèmes de chauffage ou de climatisation consommant de l’énergie et fonctionnant en extérieur est interdite. Les professionnels avaient obtenu un petit sursis en raison de la crise sanitaire, et la mesure avait été reportée à la fin de l’hiver.

En termes écologiques, chauffer l’extérieur reste un non-sens absolu. On ne peut pas climatiser la rue en plein été lorsqu’il fait 30 °C et on ne peut pas non plus chauffer à plein régime des terrasses en plein hiver pour le plaisir de boire son café”, justifie Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique. Mais cette interdiction ne concerne que les terrasses sur le domaine public, ce qui veut dire que celles situées sur un domaine privée - une cour intérieure, un jardin, un rooftop, etc. - peuvent continuer à être chauffées ou climatisées. L’écologie ne franchit pas le domaine privé… Restons positifs, en ces temps d’augmentation du coût de l’électricité et du gaz, les professionnels vont faire des économies en supprimant ces chauffages extérieurs sans parler des droits de voirie qui n’étaient pas anodins. Quant au chauffage des terrasses fermées, elles perdent de leur attrait dans la mesure où il est interdit d’y fumer.

#edito #terrasse


Pascale Carbillet
Journal & Magazine
N° 3782 -
30 septembre 2022
N° 3781 -
16 septembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Santé et sécurité au travail en CHR : constituer votre document unique (+ modèles)
par Carole Gayet
Services