×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Didier et Sandra Goiffon : "Les gérants de petites structures indépendantes sont les grands perdants du système actuel"

Vie professionnelle - lundi 31 mai 2021 16:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Replonges (01) Didier et Sandra Goiffon, gérants de l'hôtel-restaurant La Huchette, s'estiment lésés sur les aides financières accordées par l'État aux professionnels de l'hôtellerie-restauration. Ils auraient préféré qu'il rembourse les charges fixes plutôt que d'établir un calcul sur le chiffre d'affaires.



Malgré les difficultés, Sandra et Didier Goiffon restent combatifs. Ils rouvriront leur restaurant le 9 juin.
© Stéphanie Pioud
Malgré les difficultés, Sandra et Didier Goiffon restent combatifs. Ils rouvriront leur restaurant le 9 juin.

C’est une situation compliquée que vivent Didier et Sandra Goiffon, propriétaires depuis deux ans d’une ferme de caractère près de Mâcon (Ain) qu’ils ont rénovée pour en faire un restaurant gastronomique de 50 couverts et un hôtel de charme de 14 chambres. Seulement, la crise du covid-19 a mis en mal le projet de toute une vie. Et malgré les aides octroyées par l’État, la situation est intenable financièrement (lire ci-dessous).

Notre cas est particulier. Nous avons quitté notre restaurant étoilé la Marelle près de Bourg-en-Bresse pour s’installer en mai 2019 à La Huchette. L’État a calculé les aides en prenant en compte notre chiffre d’affaires de la Marelle sur les cinq premiers mois de 2019, alors que nous ne travaillons que les week-ends pour superviser les travaux de La Huchette. D’où un chiffre d’affaires faible. Le problème est que nos deux établissements sont enregistrés sous la même société juridique, une seule affaire a donc été prise en compte par l’État”, déplore Sandra Goiffon.

 

Un emprunt impossible à rembourser

Résultat, les aides de l’État ne suffisent pas à couvrir les charges fixes de l’hôtel-restaurant, d’autant plus que les gérants sont dans l’incapacité de rembourser leur emprunt. “On a la chance d’avoir pu repousser les échéances de notre crédit-bail. Mais on s’en sortira que si on retrouve une activité normale au plus vite. Ce n’est pas gagné. D’autant que l’été, nos principaux clients sont les Européens”, s’inquiète Sandra Goiffon. Avant de conclure : “Les gérants de petites structures indépendantes telles que la nôtre sont les grands perdants du système actuel. Selon moi, il aurait été plus juste que l’État rembourse les charges fixes de chaque établissement plutôt que d’établir un calcul sur les chiffres d’affaires. La rentabilité n’est pas la même entre un restaurant gastronomique, où les marges sont faibles, et une pizzeria par exemple.֨”

#sandragoiffon #didiergoiffon #replonges #lahuchette #macon #crisesanitaire #covid19


Stéphanie Pioud