×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

"L'Etat a décidé de nous sacrifier" affirme l'Umih 47 et remet sur la table une baisse de la TVA

Vie professionnelle - lundi 30 novembre 2020 12:59
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Jean-François Blanchet (2ème à partir de la gauche) et des membres du conseil d'administration.
© DR
Jean-François Blanchet (2ème à partir de la gauche) et des membres du conseil d'administration.

Le Président de l’Umih 47, Jean-François Blanchet, et son Conseil d’Administration, ont organisé la semaine dernière une marche qui s’est terminée par le dépôt d’une gerbe au monument aux morts sous les fenêtres de la Préfecture. Pour l’organisation professionnelle départementale : « l’Etat a décidé de nous sacrifier. Nous ne comprenons pas pourquoi on reste stigmatisé et fermé. D’ici le 20 Janvier 2021 nos bars et nos restaurants auront fermés 6 mois et demi, idem pour les traiteurs, les discothèques (10 mois) c’est une catastrophe ! L’Etat est aussi rapide pour nous fermer qu’il tarde à nous indemniser. C’est faux de croire que tout est pris en charge. Il faut que le grand public le sache. Rien n’est réglé sur les loyers, les assurances, les factures d’énergie…. Nos frais fixes demeurent et le chômage partiel n’est pris en charge qu’à 84 %. Le zéro recette, zéro dépense promis par Emmanuel Macron lors de la première phase du confinement est une supercherie. Aussi nous attendons aujourd’hui de la part de l’Etat des mesures simples concrètes qui soient réellement à la hauteur du préjudice que nos entreprises subissent. Si les mesures que nous préconisons ne sont pas prises en compte nous pouvons malheureusement déjà annoncer la disparition d’au moins 30% de nos entreprises en Lot-et-Garonne dans les mois qui viennent avec une perte de 400 emplois. » La filière tourisme et CHR représentent dans le département 190 millions d’Euros de chiffre d’affaires, 651 Entreprises et 2 225 emplois.

L’Umih 47 réclame :

Au niveau national…

  • Que l’aide promise de 20 % du Chiffre d’Affaires soit appliquée sans plafond et sur la totalité de la fermeture de nos établissements (6mois et demi) et non seulement sur les mois de décembre et janvier comme cela semble être prévu.
  • Un chômage partiel à 100 % qui intègre les congés payés ainsi qu’une exonération des charges patronales sur l’ensemble de l’année,
  • Une réduction de la tva sur au moins deux ans avec un passage de 10 % à 5.5 %.

 Au niveau local…

  • Une plus grande solidarité des élus locaux en actant le dégrèvement des 2/3 des cotisations foncières, supportés par nos établissements comme le prévoit le plan de relance tourisme. A ce jour, seulement 3 EPCI ont délibéré en ce sens, Val de Garonne Agglomération, Communes du pays de Lauzun et Communauté d’agglomération du grand Villeneuvois.

#coronavirus #covid19 #manifestation #umih47 #jeanfrancoisblanchet


Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3786 -
25 novembre 2022
N° 3785 -
12 novembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion des équipes et du service en CHR
par André Picca
Services