×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Réouverture des restaurants, fermeture des bars : Hubert Jan est content et catastrophé tout à la fois

Vie professionnelle - lundi 5 octobre 2020 19:47
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Les établissements assurant une activité de restauration assise à Marseille et Aix-en-Provence ont pu rouvrir ce lundi 5 octobre. Désormais, en zone d'alerte maximale, les restaurants vont pouvoir rester ouverts mais pas les bars. L'analyse d'Hubert Jan, président national d'Umih restauration.



Le président des restaurateurs de l'Umih est à la fois soulagé pour ses troupes mais en colère de voir des bars fermés alors que le protocole sanitaire pourrait être appliqué.
© GettyImages
Le président des restaurateurs de l'Umih est à la fois soulagé pour ses troupes mais en colère de voir des bars fermés alors que le protocole sanitaire pourrait être appliqué.

Votre sentiment au terme de cette journée de réouverture à Marseille et d’annonces concernant les zones d'alerte maximale ?

Je suis vraiment très content pour mes collègues restaurateurs, en revanche je suis catastrophé pour les bars. Je ne vois pas pourquoi les établissements qui peuvent assurer un service à table, que ce soit une boisson ou un plat, ne bénéficient pas des mêmes mesures alors que le même protocole sanitaire peut être mis en place. C’est scandaleux. Ce qui me paraît important aussi, c’est l’opinion. Nos clients ne comprennent pas pourquoi nous sommes montrés du doigt alors que les principaux clusters proviennent des universités, du travail ou de la sphère privée.

A Marseille, le communiqué de la Préfecture évoque une distance d’un mètre entre chaque chaise... par table ?

C'est compliqué à comprendre, un mètre entre les chaises par table différente. C’est tout ce que je peux vous répondre. D'autre part, nous étions à 10 personnes par table. Le nouveau protocole fixe ce nombre à 6 personnes. Ce qui veut dire qu’une bonne partie des gens ne pourra pas venir en famille... Résultat, les gens vont se réunir chez eux, sans respecter les gestes barrières. C’est évident.

Afficher à l’entrée le nombre de personnes qu’un établissement peut accueillir ou prendre les coordonnées des clients vous parait-il faisable ?

Instaurer un cahier de rappel, on le fait déjà quelque part en prenant les coordonnées des personnes qui réservent chez nous. Quant à afficher une jauge, je crains que cela serve surtout aux contrôles. Mais cela ne me dérange pas. Ce qui est important, c’est que chacun ait conscience des gestes barrières. Et qu’on cesse de nous stigmatiser.

#coronavirus #covid19 #fermetures #bars #restrictions #huberjan


Sylvie Soubes