×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

"Le tribunal est une solution qui permet de geler les dettes", rappelle Jean-Luc Adda, président du tribunal du commerce d'Alençon

Vie professionnelle - lundi 2 novembre 2020 12:00
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


© GettyImages


Le président du tribunal de commerce d’Alençon, Jean-Luc Adda, a participé à plusieurs assemblées départementales de l’Umih Orne et, à chaque fois, celui-ci a toujours conseillé aux patrons d’entreprises en difficulté à venir se renseigner auprès du tribunal. “Et le principe est d’autant important dans la crise traversée” selon lui.

“Certaines aides du Gouvernement, comme le fonds de solidarité et le chômage partiel, ont mis les entreprises sous anesthésie. Une partie de l’hôtellerie et la restauration a bénéficié d’une reprise en juillet et en août, mais l’activité s’est à nouveau dégradée [avant les couvre-feux et le reconfinement]. Venir nous voir, c’est agir pour suite. Le tribunal est une solution qui permet de geler les dettes et de restructurer l’entreprise. Pour l’hôtellerie et la restauration, ce n’est pas une difficulté supplémentaire mais un outil qui permet de rebondir ”, explique cet ancien chef d’entreprise, qui connait bien le secteur.

Un indépendant n’a pas les moyens d’une grosse structure. Se faire accompagner par un conciliateur de justice ou un administrateur judiciaire dans les négociations avec les banques, les fournisseurs, les services de l’État est nécessaire quand l’entreprise ne va pas bien et que le rapport de force paraît insurmontable. Dans le cadre des procédures, nous pouvons aller jusqu’à réduire la caution du chef d’entreprise. Beaucoup de choses peuvent être négociées, même fiscalement et socialement”.

Ne pas attendre, tel est donc le message de ce magistrat consulaire de l’Orne qui estime “qu’il est quasiment impossible de s’en sortir seul aujourd’hui. Le dirigeant de TPE doit pouvoir parler de ses problèmes, avoir une autre vision de son entreprise et faire le point. Il ne faut pas qu'il hésite à s'adresser à nous mais aussi aux chambres consulaires, aux institutions régionales”. 

Une cellule de prévention a été mise en place par les tribunaux de commerce en France dans cet esprit, joignable en contactant le tribunal dont on dépend.

#coronavirus #covid19 #orne #normandie #jeanlucadda #tribunaldecommerce


Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Idées simples pour doper les recettes de votre restaurant
par Bernard Boutboul
Services