×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

On ferme, mais est-ce bien raisonnable ? Édito du jeudi 1er octobre 2020

Vie professionnelle - mardi 29 septembre 2020 14:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés




En fermant les bars de Marseille, d’Aix-en-Provence et de Guadeloupe, le Gouvernement est-il dans l’action ou dans la réaction ? Pour bon nombre de professionnels, il aurait plutôt fallu fermer systématiquement les établissements qui ne respectaient pas le protocole sanitaire, au lieu d’agir en bloc et sans concertation. Un sentiment partagé par les Français. Selon le sondage Ifop pour l’Express qui vient d’être publié, près de 51 % des interviewés sont contre les décisions de fermeture totale.

Est-on en train de stigmatiser une nouvelle fois le secteur ? Une étude scientifique récente – la seule connue à ce jour - vient du Centre pour le contrôle et la prévention des maladies américain. Sur un échantillon de 300 personnes, les cas positifs au coronavirus seraient deux fois plus nombreux parmi celles ayant fréquenté un bar ou un restaurant dans les 15 jours qui ont précédé. Mais aucune précision n’est donnée sur les conditions de fréquentation des établissements. Trop légère pour être généralisée.

Interrogé par le Sénat, le ministre de la Santé, Olivier Veran, a expliqué que dans les zones d’alerte maximale, il y a quatre fois plus de risque de contamination quand on a été dans un bar ou dans un restaurant. À la télévision, Jean Castex évoque trois fois plus de risque… Des évaluations qui demandent à être démontrées scientifiquement. Et si c’est le brassage des populations qui est pointé du doigt, ces fermetures et restrictions d’horaires ne feront que déplacer le problème.

#coronavirus #covid19 #edito


Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Inspirations et tendances culinaires
par Tiphaine Campet
Services