×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Un conservatoire pour la mémoire des recettes de montagne

Vie professionnelle - jeudi 24 octobre 2019 10:58
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

MEGEVE (74) Le salon Toquicimes a été l'occasion de dévoiler les premiers travaux de ce conservatoire afin de ne pas laisser perdre un patrimoine culinaire bien plus étoffé qu'on pourrait le croire.



L'an dernier René Meilleur, chef 3 étoiles Michelin à la Bouitte, et le conservatoire des Recettes de montagne, qu'il préside, lançaient un appel dans les média pour recueillir la mémoire des recettes de montagne. Un livre, un véritable devoir de mémoire selon le chef, verra bientôt le jour. Avec l'aide de la Fondation pour l'action culturelle internationale en montagne (Facim), les recettes oubliées seront bientôt publiées. “Notre appel a été entendu : nous avons reçu beaucoup de recettes avec des mots touchants”, explique le triple étoilé Michelin. “Ces recettes se transmettent de génération en génération, il ne faut pas les perdre. Nous allons bien au-delà d’un livre de recettes, nous voulons parler d’un art de vivre. C'est un livre patrimoine en quelque sorte, qu’une grand-mère pourra offrir pour transmettre un savoir-faire.”

Olivier Etcheverria, maître de conférence, géographe de la gastronomie, ajoute : “La diversité des produits a été conservée grâce au tourisme, qui a poussé la région à garder voire améliorer les produits.” Ce n’est pas le cas des raclettes et tartiflettes, inventées pour les touristes. “On respectait trop le fromage pour le faire fondre, mais si cela donne du plaisir, pourquoi pas. Il faut être ouvert à tout, en gardant bien entendu le respect du bon produit et de la tradition”, conclut René Meilleur.

 

#ConservatoireDesRecettesDeMontagne #Toquicimes #ReneMeilleur