×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

L'Umih poursuit son tour de France à la rencontre des maires

Vie professionnelle - lundi 1 juillet 2019 09:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Romorantin (41) Laurent Duc, président d'Umih Hôtellerie, va à la rencontre des élus de toute la France pour les convaincre de faire appliquer la loi sur les meublés touristiques.



Sabine Ferrand et Laurent Duc.
Sabine Ferrand et Laurent Duc.

À ce jour, une trentaine de communes et d’agglomérations de plus de 200 000 habitants se sont engagées à appliquer la loi de 2017 qui permet aux élus de connaître et d’encadrer le flux des meublés touristiques. “Mais le mouvement est lent, trop lent”, reconnaît Laurent Duc, président d’Umih Hôtellerie, qui est venu rencontrer des élus à Romorantin. Alors que tous les maires et présidents de communautés de communes de Loir-et-Cher avaient été invités par Sabine Ferrand, la présidente départementale de l’Umih 41, seule une toute petite poignée d’élus est venue rencontrer Laurent Duc. “Et pourtant, ils ont tout à y gagner : si les meublés touristiques se déclarent, ils paieront de la taxe de séjour qui alimentera les caisses locales. Et s’ils ne le font pas, ils règleront des amendes qui, là encore, abonderont les finances communales.”

 

“Il y a des résistances locales”

Alors que Laurent Duc a déjà fait une partie de son tour de France, il en tire un bilan mitigé : “C’est vrai il y a des résistances locales, des lobbys, voire même des refus obstinés comme celui de la ville de Cannes qui veut que rien ne bouge.” Aujourd’hui 90 % des locations meublées ne sont ni enregistrées ni déclarées et le taux d’évasion de la taxe de séjour atteint 80 %. Mais Laurent Duc ne désespère pas et va à la rencontre des élus pour qu’ils engagent la procédure qui débute par la déclaration de changement d’usage de logements transformés en meublés. Inquiet, il annonce la mort de certains centres-villes qui se vident de leurs habitants au profit des touristes de passage. Et la force d’inertie pourrait malheureusement encore jouer à plein : “Quand on approche des élections municipales, plus rien ne bouge et il ne faut surtout pas faire de vagues !”


Jean-Jacques Talpin
Journal & Magazine
N° 3756 -
01 octobre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Informatique et nouvelles technologies en CHR
par Thierry Longeau
Services