×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

À Tulle, le silence est d'or

Vie professionnelle - mercredi 17 octobre 2018 10:55
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Tulle (19) Condamnés pour nuisance nocturne, les gérants du bar B&N doivent réduire leur activité. Leurs confrères tullois s'inquiètent et tentent de prendre leurs précautions. L'Umih 19 recommande avant tout le dialogue avec le voisinage.



Michel Solignac : 'Il faut que les coeurs de villes vivent, les bars et restaurants y contribuent et leurs animations en sont des éléments majeurs.'
© Michel Solignac
Michel Solignac : 'Il faut que les coeurs de villes vivent, les bars et restaurants y contribuent et leurs animations en sont des éléments majeurs.'

Le tribunal de grande instance de Tulle (Corrèze) a tranché le 13 septembre dernier dans un conflit qui opposait le B&N, un bar-restaurant du coeur de ville, et deux résidents au sommeil perturbé : l'établissement devra verser 14 000 € de dommages et intérêts à ces derniers et baisser son rideau à 23 heures au lieu de 2 heures du matin. Une décision qui fragilise l'activité de B&N, tenu par Jérémy Novais et Lilian Boissinot, qui ont dû prendre des mesures drastiques. Fermeture de la terrasse et du bar et portes closes de l'établissement après le service du soir.

"Le bruit est le problème, a reconnu Jérémy Novais, les clients sortent fumer, discutent et il y a le fond musical. Ce n'était pas excessif mais suffisant pour déranger. La décision du tribunal est lourde, cependant, nous ne ferons pas appel."

Un verdict qui aura un coût, estimé par les dirigeants à 200 000 € par an minimum, et va provoquer la perte de trois emplois à temps plein. Côté clientèle, il est trop tôt pour tirer un premier bilan mais les habitués pourraient très bien aller voir ailleurs si d'autres espaces ne sont pas plus hospitaliers.

Les professionnels locaux s'inquiètent d'une mesure qui pourrait donner de mauvaises idées à d'autres citoyens. Le Richelieu et L'Abbaye, tous deux au centre de Tulle, prennent leurs précautions, discutent avec le voisinage, avertissent lors des soirées programmées. Tout comme le Molière, dont le patron Michel Lepage reconnaît avoir eu il y a quelque temps un rappel à la loi et qui gère au plus près sa clientèle tardive.


Affaire de civisme

"Nous avons eu des réactions de nos adhérents, reconnaît Michel Solignac, président de l'Umih 19, lui-même établi au Sablier du temps à Argentat. Certains s'inquiètent, partagés entre deux obligations : celle de respecter la loi sur les nuisances nocturnes et celle d'interdire la cigarette à l'intérieur, donc de pousser leurs clients à fumer à l'extérieur. D'autres expriment leur désir d'organiser des soirées festives régulières et craignent qu'on les en empêche."

Le responsable syndical, estimant qu'il est difficile voire impossible de satisfaire toutes les parties, avance cependant une solution : le dialogue avant l'incident.

"Il faut entretenir des relations avec les voisins, prévenir, discuter, estime t-il. Il faut aussi comprendre les habitants qui ont le sommeil dérangé et qui doivent se lever le matin. Le maire de Tulle l'a rappelé récemment, il faut que les coeurs de villes vivent, les bars et restaurants y contribuent et leurs animations en sont des éléments majeurs. Mais il n'est pas simple de contenter les uns et les autres. Peut-être pourrait-on diminuer parfois les décibels ou modérer les bruits de sa clientèle. Les espaces fumeurs sont tout aussi nuisibles au silence que les soirées dansantes, c'est au patron du bar de faire la police." Michel Solignac rappelle aussi que le civisme est une affaire collective et que les citoyens sont appelés à vivre ensemble, en bonne intelligence.

#Tulle #Umih19 #Correze

Jean-Pierre Gourvest
Journal & Magazine
N° 3786 -
25 novembre 2022
N° 3785 -
12 novembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Stratégie de marque : les outils pour développer votre hôtel
par Youri Sawerschel
Services