×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

La redynamisation des territoires : tous concernés

Vie professionnelle - mardi 10 juillet 2018 11:43
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

75 - Paris Le président de la commission Ruralité & Territoire de l'Umih a participé à une table ronde organisée sur ce thème par le Medef. La revitalisation des zones rurales est un challenge majeur pour les deux organisations.



Michel Morin (troisième en partant de la droite) est intervenu au nom de l'Umih.
Michel Morin (troisième en partant de la droite) est intervenu au nom de l'Umih.

En juin, le Medef a publié ses propositions pour favoriser le développement économique des territoires. Le document fait un peu plus de 25 pages et met l'accent sur la nécessité d'une co-construction avec l'ensemble des acteurs : élus locaux, citoyens, entreprises, représentants du monde agricole, etc. Pour dynamiser un territoire, il faut un projet et s'appuyer sur l'éco-système. Pour que ce projet soit opportun, il faut commencer par « réaliser un véritable diagnostic de son territoire pour ensuite bâtir des stratégies territoriales » à partir des éléments recueillis. De multiples freins doivent ensuite tomber : « Le millefeuille administratif et politique, la multiplicité des interlocuteurs, la difficile harmonisation des modèles et développement économique ne donnent pas une visibilité idéale aux services et conseils en charge de monter un projet » actuellement. Il faut, estime le Medef, « poursuivre la réforme de l'organisation territoriale initiée par la loi NOTRe » ou encore « raisonner territoires de projets plutôt que périmètre administratif ». Les incitations à l'installation des entreprises doivent être plus pertinentes. Le Medef préconise ainsi de créer un dispositif unique d'exonérations fiscales et sociales d'ampleur applicable dans les zones prioritaires et que sa durée soit adaptée à la réalité : 5 ans n'est pas suffisant quand on s'installe dans une zone dévitalisée, par définition dépeuplée. Le vieillissement des infrastructures réseaux constaté nuit aussi à l'attractivité. Autre phénomène malheureusement connu : les difficultés de recrutement. « Or l'activité économique ne peut se déployer si le manque de compétences disponibles ne vient soutenir cette croissance ». Il « convient de miser également sur le développement de l'envie d'entreprendre » avec un Etat qui ne soit plus « régulateur » mais « facilitateur »...

La revitalisation d'un territoire passe aussi par le maintien des CHR

Lors de la matinée/débat organisé autour de ce thème par le Medef, Michel Morin, a rappelé que certaines mesures ont des effets désastreux sur l'activité comme le retrait des pré-enseignes dérogatoires pour les villes de moins de 10 000 habitants (loi Grenelle II). Cette mesure « va à l'encontre de toutes les politiques de revitalisation des zones rurales ». De nombreux petits restaurants touchés par le dispositif ont en effet vu leur chiffre d'affaires chuter ; un amendement vient toutefois de rétablir cette autorisation d'affichage pour les restaurants. Ce combat était important pour l'Umih, qui a organisé à Rodez en avril, les Assises de la ruralité et a établi de son côté '7 priorités pour réveiller les territoires ruraux'. Le président de l'organisation professionnelle, Roland Héguy, avait alors insisté sur cette notion : « le café, le restaurant ou l'hôtel sont le coeur battant d'un village. Leur présence est un rempart contre la désertification ».

#Ruralite #Medef #Umih #RolandHeguy #MichelMorin #PreEnseignes
 


Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Idées simples pour doper les recettes de votre restaurant
par Bernard Boutboul
Services