×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

L'Umih Berry s'alarme des nouvelles mesures sur l'emploi des jeunes

Vie professionnelle - mercredi 13 juin 2018 15:39
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      

Châteauroux (36) L'assemblée générale de Châteauroux s'est déroulée dans un climat électrique face aux nouvelles contraintes d'emploi, de normes et de Sacem.



Véronique Gaulon, présidente Umih Berry, et Thierry Grégoire.
Véronique Gaulon, présidente Umih Berry, et Thierry Grégoire.


"On peine à trouver des employés en cuisine, pour la plonge ou l'entretien, on est obligé de refuser de la clientèle faute de personnel et l'on veut encore rigidifier notre marché du travail" : Véronique Gaulon s'est quelque peu emportée lors de l'assemblée générale de l'Umih Berry, qui s'est tenue le 11 juin à Châteauroux en présence de Thierry Grégoire. Ce sont d'abord les deux représentants de la Directe qui ont dû subir les assauts de la salle. 

En cause, le projet de loi qui va imposer un agrément obligatoire pour embaucher des 16-18 ans et qui interdira tout recrutement d'apprentis ou de stagiaires de lycées professionnels de moins de 16 ans. "Mais les jeunes qui ont eu une scolarité normale arrivent chez nous après le brevet à 14 ou 15 ans, insiste la présidente. Que va-t-on en, faire ?" ; Encore une "incohérence" dénoncée par les professionnels, tout comme la "stupidité" du doggy bag. L'Umih s'attend aussi à des contrôles renforcés de la Directe ou de la Sacem notamment suite à des difficultés de voisinage à Châteauroux.

Des éléments émergent pourtant dans cet océan de difficultés : une campagne commune et réussi pour le tourisme avec l'agence de développement touristique à Paris, une révision prochaine de la charte des terrasses à Châteauroux, une probable prise en charge de la question d'Airbnb par l'agglomération de Châteauroux. Pas de quoi cependant pour redonner le sourire aux professionnels régionaux.




Jean-Jacques Talpin
Journal & Magazine
Services