×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Les établissements de nuit veulent davantage de moyens pour contrer la circulation des drogues

Vie professionnelle - vendredi 30 mars 2018 15:13
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


© Thinkstock


Le Collectif Action Nuit (Can) qui regroupe des exploitants d'établissements de nuit déplore la « vague d'accidents graves, en lien avec l'absorption de substances dangereuses (notamment le GBL et le GHB) donnant lieu à des évacuations médicalisées, qui a eu lieu récemment dans plusieurs clubs de la capitale ». Ces produits, interdits à la vente, sont pourtant accessibles sur internet et leur consommation est malheureusement prisée des jeunes publics. « Conscients de notre responsabilité, des risques pour la santés de nos publics et ceux que nous encourons en tant qu'exploitant, nous mettons en place plusieurs actions concrètes au quotidien pour prévenir ces situations : vidéosurveillance des accès et espaces publics, filtrages et consigne des boissons à l'entrée, formation des équipes de service et de sécurité aux risques en milieu festif, formation aux gestes de premier secours de toutes les équipes, équipements de premier secours, diffusion de documents de prévention agréés par les autorités sanitaires et de police, affichage public… »  Mais, estime le Collectif, d'autres moyens légaux plus dissuasifs doivent être mis en oeuvre. Il demande que des campagnes d'information grand public lors de la circulation avérée de produits toxiques dans une ville ou un département soient systématiquement lancées, l'organisation de tables rondes avec tous les acteurs, la fouille des clients par des agents de sécurités agréés par le Ministère de l'Intérieur, un moyen d'analyse des produits pour prévenir en cas de toxicité mortelle et un guichet unique de l'administration pour traiter le signalement des cas constatés.  

#Can #Drogue #EtablissementDeNuit


Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3764 -
21 janvier 2022
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion en CHR : outils pratiques
par Jean-Claude Oulé
Services