×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Le GNI monte au créneau contre les émetteurs de titres restaurants

Vie professionnelle - mardi 6 mars 2018 16:38
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés


Les restaurateurs du GNI s'élèvent contre les commissions et frais des titres-restaurants, dispositif créé à l'origine pour soutenir le secteur.
© Thinkstock
Les restaurateurs du GNI s'élèvent contre les commissions et frais des titres-restaurants, dispositif créé à l'origine pour soutenir le secteur.

Les professionnels de la restauration, qui reçoivent les premiers remboursements de titres restaurants pour 2018, « ont le sentiment d'être les vaches à lait d'un système maitrisé par les seuls émetteurs » selon le GNI, qui dénonce « les coûts exorbitants des commissions et des frais de gestion astronomiques, qui peuvent atteindre près de 5%, le tout sans aucune possibilité de réellement négocier avec chaque émetteur ». L'organisation professionnelle ne cache pas son extrême agacement. « Le sentiment d'être pris en étau par des émetteurs qui exploitent leur dépendance est ainsi de plus en plus répandu au sein de la profession », dit-elle, pointant du doigt l'arrivée des nouvelles technologies qui devaient faire baisser le prix des tris. L'augmentation des volumes de titres annoncée devaient aussi s'accompagner d'une baisse des coûts. Laurent Fréchet, président des restaurateurs du GNI, va plus loin : « Depuis près de 15 ans, on a le sentiment que les émetteurs jouent en réalité collectivement contre les restaurateurs. Alors qu'une authentique négociation entre  les organisations professionnelles et chaque émetteur sur les taux ou les coûts liés à la gestion  devrait être possible afin de mettre en concurrence chacun sur toute la prestation, y compris les frais, les modalités de collecte, nous sommes systématiquement mis devant le fait accompli. Des prélèvements croissants pour des prestations standardisées ! Les émetteurs se serrent en réalité les coudes et  d'année en année, ils augmentent chacun leurs taux de commissions, sans chercher à se différentier par les services qu'ils nous proposent. Nous n'obtenons d'ailleurs aucune réponse à nos demandes d'information sur comment faire évoluer les délais de remboursement ou améliorer les modes de collecte choisis par les professionnels : les restaurateurs ont le sentiment de faire en réalité une large partie du boulot des émetteurs et qu'en plus ils doivent payer ! » Michel Naas, vice-président des restaurateurs du GNI, ajoute : « La dématérialisation des titres restaurants, qui devait nous faciliter la vie et réduire les coûts de gestion » est mensongère selon lui. « La solution unique que l'on tente de nous imposer est plus chère et complexe».

#TitreRestaurant #LaurentFrechet #Dematerialisation