×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Le tourisme ne fait pas rêver les politiques - Édito du journal du 19 janvier 2017

Vie professionnelle - mercredi 18 janvier 2017 09:25
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


"Les chiffres du tourisme montrent une contribution importante du secteur à l'économie du pays : 7,5 % du PIB, 160 milliards d'euros de chiffre d'affaires et 2 millions d'emplois directs et indirects. Il n'empêche. Le tourisme reste souvent absent des grands débats politiques, même si ses acteurs sont bien décidés à faire entendre leur voix à quelques mois de l'élection présidentielle. L'association pour un hébergement et un tourisme professionnels (Ahtop), à laquelle adhère le GNI, a ouvert le bal. Ses propositions s'articulent autour de l'attractivité du territoire, la sécurité, l'emploi, la formation et la régulation des plateformes. Le 31 janvier, l'Umih dévoilera ses sept priorités, toutes applicables avec un peu de courage politique promet l'organisation professionnelle.

Le chantier entamé par Laurent Fabius lorsqu'il était au Quai d'Orsay a prouvé qu'avec de la bonne volonté et en mettant l'ensemble des parties concernées autour de la table, les choses pouvaient prendre forme. Quid du prochain Gouvernement et de la place octroyée au tourisme ? De sa philosophie aussi, notamment vis-à-vis des nouvelles technologies ? L'hôtellerie comme la restauration défendent des emplois non délocalisables, le maintien de l'humain dans une société en proie à la déshumanisation, tout en rappelant ces données de l'Organisation mondiale du tourisme : le nombre de touristes dans le monde devrait doubler d'ici 2030. Manne ou simple détail ?"


Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Fonds de commerce : création, achat, reprise et vente
par Maître Sophie Petroussenko
Services