×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Quelles sont les réponses de Nicolas Sarkozy aux grandes problématiques de l'hôtellerie et de la restauration ?

Vie professionnelle - mardi 15 novembre 2016 10:28
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Nicolas Sarkozy
Nicolas Sarkozy

Comme vous le savez, la profession s'élève contre les dérives de l'économie dite collaborative. Est-ce normal, qu'à activité similaire, les règles varient ? Les avancées qui ont eu lieu ne sont pas suffisantes. Quelles mesures mettrez-vous en place pour que les hôteliers, comme les restaurateurs, puissent travailler à « armes égales » ?
Nicolas Sarkozy : S'il est bien un domaine où l'économie collaborative n'a plus de collaboratif que le nom et a dérapé, c'est celui des sites du type Airbnb. L'essentiel de leur chiffre d'affaires est fait d'appartements transformés en permanence en « hôtels clandestins » et non de particuliers accueillant des touristes en étant présents chez eux (comme ils osent le prétendre) !  Comme de plus ces sites agrègent toutes sortes d'offres des plus occasionnelles à celles d'appartements transformés en permanence en chambres d'hôtel clandestines (pour l'essentiel), ils créent ainsi des « grands hôtels numériques virtuels » face aux Online Travel Agencies et aux sites des hôteliers. Les clients consultant les deux types d'offres en permanence pour choisir leur hébergement en fonction – pour l'essentiel – du prix, il faut donc que l'ensemble des prestations de leurs « hôtes-loueurs en meublé » soit taxé, dès le premier euro. Sinon la concurrence est massivement faussée. Taxations au premier euro qu'il s'agisse de la TVA, de la taxe de séjour, de la CVAE/CFE, de l'impôt sur le revenu et des cotisations sociales. Sans cela, l'hôtellerie périra d'une concurrence déloyale impossible à contrer. Car ses marges ne sont pas telles qu'elle puisse par exemple supporter le simple écart dû au non paiement de la TVA par les clients de ces loueurs en meublé. Ce qui suppose bien sûr que les sites doivent déclarer à l'Administration tout ce qu'ils encaissent pour le compte des « hôtes-loueurs en meublé ».
De plus, au-delà de la mort à terme de l'hôtellerie si l'on ne fait rien, ces plateformes privent peu à peu les habitants des villes de leurs logements et transforment la vie dans les immeubles, en raison des va-et-vient permanents qu'elles organisent. Des règles ont été introduites. Elles devront être fortement durcies tant sur la durée minimum de séjour que la durée maximum de location annuelle à l'instar de ce qui se fait dans de nombreux pays. Et l'exercice d'une telle activité hôtelière au sein des immeubles – même occasionnelle -  devra être autorisée par le règlement de copropriété, comme c'est le cas pour la simple installation d'une profession libérale (pourtant porteuse de beaucoup moins de nuisances qu'un hôtel clandestin).
En matière de restaurants, le dérapage de l'économie collaborative est également total. Il y a probablement aujourd'hui en France 3000 restaurants clandestins. C'est inacceptable. Non seulement la plupart d'entre eux échappent à la taxation que subissent les restaurateurs classiques, mais cette activité s'exerce sans aucun contrôle des règles d'hygiène qui s'imposent à eux. Ces clandestins n'ont ni la licence, ni la formation nécessaire pour utiliser cette licence pour servir de l'alcool. Il faut en finir, sans aucune concession, avec ces restaurants clandestins et les sites qui leur permettent de prospérer.

Le tourisme est reconnu depuis peu comme un secteur économique à part entière. Quelle place, quel 'ministère' doit-on lui accorder selon vous et pourquoi ?
Pour moi, le secteur du tourisme est essentiel. Près d'un million d'emplois aujourd'hui, beaucoup plus encore demain. Face à la menace terroriste, il faut bien sûr faire plus pour promouvoir la destination France par une coordination plus étroite encore entre les professionnels du tourisme, l'Etat et les collectivités locales. Du côté des communes, elles ont une responsabilité en matière de sécurité et de propreté. Un effort beaucoup plus grand doit être fait sur ce dernier point par elles. S'agissant de l'Etat, il doit d'abord faciliter l'entrée (et la sortie) des touristes en assurant une fluidité au passage de l'immigration, une fois les contrôles réalisés. Une fois le Schengen II mis en place, nous pourrions réfléchir à la mise en place d'une procédure du type ESTA à l'américaine pour des nouveaux pays, en particulier la Chine. La sécurité, au-delà des problèmes du terrorisme, doit être renforcée. Tout ce qui sera fait, comme je l'ai décidé, pour renforcer la sécurité des Français nous confortera dans notre rôle de destination touristique.

L'Umih a dénombré que des centaines de normes et de règlements s'appliquaient aux entreprises de l'hôtellerie et de la restauration, dont 90% emploient moins de 8 salariés. 50 nouvelles réglementations tombent tous les ans, soit environ 150 gestes nouveaux pour l'exploitant. Votre sentiment ?
Les entreprises, en particulier les hôtels et restaurants, sont écrasées par le poids croissant des normes en France. Il nous faut revoir profondément l'ensemble des dispositifs normatifs. Je pense par exemple à l'aménagement des obligations d'accessibilité. Et il faut retrouver le sens de la mesure dans l'application des règles.
Nous mettrons en place un moratoire sur la surtransposition des normes européennes. Pour éviter l'empilement normatif, je veux limiter dans le temps la validité des normes. Enfin, l'adaptabilité de la norme selon les réalités du terrain, sous le contrôle des préfets, permettra de remettre du bon sens dans les décisions administratives.

Quels sont les leviers à mettre en oeuvre pour préserver et développer  les TPE et les PME qui sont vecteurs d'emplois, non délocalisables ?
En premier lieu, il est urgent de réduire le coût du travail. A ce titre, je propose une suppression complète des charges sociales qui pèsent sur le SMIC, dégressives jusqu'à 1,6 SMIC, ce qui permettra aux petites entreprises d'embaucher plus facilement. Le CICE sera également supprimé, remplacé par une baisse durable des charges patronales.
En outre, nous devons alléger le quotidien des TPE et PME. Les chefs d'entreprises doivent pouvoir se concentrer sur leur activité. C'est pour cela que je souhaite revoir la structure de représentation du personnel en fusionnant l'ensemble des instances de représentation du personnel au-delà de 50 salariés. Je supprimerai de même le seuil de 11 salariés pour les délégués du personnel.
Je souhaite également abroger le compte pénibilité, véritable une usine à gaz, et je n'alourdirai pas les charges sur les entreprises avec le prélèvement à la source initié par le gouvernement.
Enfin, chaque entreprise aura désormais le droit de déterminer librement le temps de travail de ses salariés à la condition par exemple que la 36e heure soit payée 36 heures, et donc le moment où l'on passera des heures normales aux heures supplémentaires.

Il existe un certain nombre de mesures qui sont utiles au secteur de l'hôtellerie et de la restauration. Citons-en trois : Réductions Fillon, Crédit d'impôts pour les Maîtres Restaurateur et l'Aide à l'embauche dans les PME. Vont-elles perdurer ?
Je n'ai bien sûr pas l'intention de revenir sur ces dispositifs.
Par ailleurs, mon projet est très clair : baisse des impôts pour tout le monde et aucun nouvel impôt.

Les entreprises françaises, dans leur ensemble, réclament la stabilité fiscale. Que répondez-vous ?
La stabilité fiscale et la non-rétroactivité sont la clé. Les changements doivent être peu nombreux, structurants, simples et concentrés en début de quinquennat, afin de garantir une stabilité des règles sur la durée. Je privilégierai les baisses de taux.

Y aura-t-il ou non, si vous êtes élu à la Présidence de la République, une hausse de la TVA ?
Il n'y aura pas de hausse de la TVA. Mon programme de baisse de charges d'impôts sera financé par 100 milliards de baisse de dépenses.

Le secteur est confronté à de multiples problèmes de trésorerie et de crédit. Le GNI, autre organisation patronale du secteur, réclame, par exemple, le rallongement des crédits bancaires (7 ans à +).  Jusqu'où un Gouvernement peut-il agir ?
L'accès au financement des entreprises doit redevenir une priorité des pouvoirs publics. J'y veillerai personnellement.

 

 

 


Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR : les ruptures du contrat de travail (+ modèles de lettres)
par Tiphaine Beausseron et Daniel Gillot
Services