×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Annulation de la braderie de Lille : un bilan peu réjouissant pour les restaurateurs et hôteliers

Vie professionnelle - jeudi 22 septembre 2016 10:02
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Lille (59) L'organisation d'une opération alternative, malgré des résultats bien meilleurs que prévus, n'a pas suffi à compenser les pertes des professionnels de la métropole.



Annulée pour des raisons de sécurité, la braderie de Lille n'a pas eu lieu en l'état. Pour limiter le manque à gagner, la mairie a lancé une opération alternative, Moult moules et caetera. Le premier week-end de septembre, les restaurateurs de la place Rihour se sont donc rassemblés pour proposer une inédite fête de la moule solidaire (1 € par caquelon versé aux victimes de l'attentat de Nice). Les résultats ont dépassé les espérances, pourtant difficiles à estimer dans ces conditions si particulières. Frédéric Lévèque, responsable de quatre restaurants du quartier, se déclare "plutôt content". Les stocks de moules ont été éclusés dès le samedi midi. Même phénomène pour les restaurateurs de la rue de Gand, dont la plupart n'avait plus de mollusques dès le vendredi soir.


Des estimations très difficiles

"Nous avons dû faire des réassorts avec de la moule de Hollande pendant le week-end", raconte Gontran Decreus, directeur de Martin Marées. Situation identique pour Metro, qui a livré 43 tonnes de moules contre 40 prévues. "On aurait pu passer les 60 tonnes si les choses avaient été mieux appréhendées", explique Benjamin Nadau, le directeur.

À l'autre bout de la ville, à côté du parc Jean-Baptiste Lebas où sont habituellement installés tous les antiquaires et brocanteurs, les restaurateurs qui n'avaient rien prévu de particulier ont été pris de cours. "C'était difficile d'anticiper. Nous avons eu une demande augmentée de moules-frites tout le week-end. Comme nous avons été à cours, nous avons bien vendu nos menus. Au final, ce week-end a été financièrement plus intéressant que prévu, même s'il n'a rien à voir avec les chiffres habituels", explique Alexandre Fixon, chef de La Consigne. Au Blompoet, Florent Ladeyn, comme certains de ces confrères, a exceptionnellement ouvert le dimanche midi et servi ses plats habituels.


Des résultats qui plombent la rentrée

Ces résultats, certes plus positifs que prévus, sont sans commune mesure avec ceux d'une braderie habituelle. "Nous livrons 80 à 100 tonnes de moules normalement", précise le dirigeant de Martin Marée (100 tonnes pour Metro). "Les restaurateurs comptent sur la braderie pour rattraper un chiffre d'affaires en berne pendant l'été et pas évident en septembre."

"Je n'ai pas embauché les extras habituels et je ne vais pas pouvoir faire les travaux prévus grâce aux rentrées financières qu'aurait apporté la braderie", confirme Alexandre Fixon. Le manque à gagner est donc très important pour les professionnels lillois et leurs fournisseurs, une douche froide après les bons résultats de l'Euro 2016.


Emmanuelle Couturier
Journal & Magazine
N° 3790 -
20 janvier 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR : les conditions de travail (+ modèles de lettres)
par Tiphaine Beausseron et Daniel Gillot
Services