×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

"Nice, nous t'aimons", édito du journal du 21 juillet

Vie professionnelle - mercredi 20 juillet 2016 14:55
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Jamais Nice n'avait connu pareille horreur depuis la Deuxième Guerre mondiale. La joie de profiter d'une balade en famille a tourné au cauchemar, ce 14 Juillet. La Prom' Party s'est transformée en champ de bataille par la folie et la cruauté d'un homme. La plaie est immense et dans tous les coeurs. Comme les taxis niçois, les hôteliers et les restaurateurs ont ouvert leurs portes, offrant ce qu'ils pouvaient : une couverture, un oreiller, un verre d'eau, un abri, une attention. Le soleil a beau s'être levé depuis, la promenade des Anglais avoir rouvert, la baie des Anges est triste et l'été abasourdi par tant de haine et de violence. Nice, ville de tourisme et de culture, paie un lourd tribut. L'onde de choc a été immédiate. Les hôtels niçois ont subi de nombreuses annulations, et c'est compréhensible.

Parce qu'il s'agit d'accueil, au sens puissant du terme, les sommes versées seront entièrement remboursées ont indiqué des professionnels. Rien à redire, seulement saluer le geste. Dans un courrier adressé à la population, Christian Estrosi, ancien maire de Nice et aujourd'hui président du conseil régional Provence-Alpes-Côte d'Azur, affirme que la ville guérira. "Un jour prochain, nous verrons sourire à nouveau sur notre promenade le visage niçois du bonheur", affirme-t-il. Un message d'espoir marqué par la colère.

Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Recettes de chef à chef
par Marcel Mattiussi
Services