×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Les travailleurs handicapés trouvent leur place en CHR

Vie professionnelle - lundi 25 juillet 2016 15:47
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés




Il y a deux ans, le GNI-Synhorcat signait une convention avec l'Agefiph, s'engageant alors pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'organisation, bien décidée à prendre à bras le corps le sujet, a mis en place une 'mission' dont le rôle est à la fois de sensibiliser les professionnels, de les conseiller et de les accompagner dans la démarche. Si la loi du 11 février 2005 pose l'obligation d'emploi des travailleurs handicapés dans les entreprises de 20 salariés et plus, son application relève avant tout d'un état d'esprit. « Nous avons tout fait pour que nos établissements puissent être accessibles aux clients en situation de handicap. L'heure est maintenant à la responsabilité sociale et environnementale. Nous mettons tout en oeuvre aujourd'hui pour qu'enfin, les personnes en situation de handicap, soient rémunérées pour leurs compétences professionnelles » indique Vincent Sitz, restaurateur et président de la Commission Emploi, Formation et Handicap du GNI-Synhorcat qui estime que le secteur peut apporter sa contribution « au-delà des exigences réglementaires. C'est notre devoir de citoyen et de chef d'entreprise ». Des outils d'information pratiques ont été créés pour expliquer ce que revêt le handicap dans ses différentes formes, mais aussi faire tomber les craintes et lister les moyens d'intégration, en fonction de l'activité et des besoins en ressources humaines de l'entreprise. Depuis 2016, la rue de Gramont propose des « Matinales », mettant en relation des exploitants prêts à s'investir et des associations. La mission Handicap du syndicat travaille avec des centres de formation des apprentis, Médéric bien sûr, mais aussi l'EMPTTH. Des programmes et des aides existent. Son rôle est d'activer les levier les mieux adaptés à chaque situation. A l'initiative de Jean-Pierre Chedal, président des relations interprofessionnelles du syndicat, la mission se penche désormais avec la CABAT sur le retour à la vie civile des militaires de l'armée de terre blessés: validation d'un projet professionnel, stage découverte de métiers, de nombreuses possibilités sont proposées. Elle s'intéresse aussi à certaines tâches pouvant être sous-traitées comme la blanchisserie, des services traiteur ou d'entretien auprès des Esat (Etablissements et services d'aides par le travail, qui emploient des personnes handicapées nécessitant un encadrement spécifique). D'autres actions sont en cours avec l'Arpejeh (Accompagner la Réalisation de Projets d'Études de Jeunes Élèves Handicapés) ou dans le cadre d'une Préparation opérationnelle à l'emploi collective (POEC). Bon à savoir aussi : plus de 80% des personnes en situation de handicap, tous secteurs confondus, n'ont pas besoin d'un aménagement spécifique.

Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Fonds de commerce : création, achat, reprise et vente
par Maître Sophie Petroussenko
Services