×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

L'Aube en assemblée générale : le département n'échappe pas aux concurrences déloyales

Vie professionnelle - lundi 14 mars 2016 20:26
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


La restauration dans l'Aube est malade. Le constat fait par le président de la branche, Didier Stils, pointe notamment la concurrence déloyale « des nouvelles boulangeries, qui font du café, des salades, des plats chauds et vendent de l'alcool », des « food-trucks qui eux aussi ne respectent pas la législation et n'ont pas du tout les mêmes contraintes » ou encore ces « particuliers qui réalisent un repas pour 20 ou 30 euros » en marge de toute réglementation. Les liquidations judiciaires et les redressements se multiplient, mais surtout, c'est la baisse des transactions, en chute de 15% l'an dernier, qui inquiète la profession. Guy Caillet, président des cafetiers, rappelle la situation difficile des cafés en zone rurale. « Cela fait 16 ans que j'explique que les bars pur, pour survivre, doivent devenir multi-services ». Les préserver est pourtant nécessaire. « Les bars sont des réseaux sociaux humain, qui font partie de notre patrimoine culturel ». A Troyes, un certain nombre de bistrots tente de se maintenir en invitant des artistes à se produire chez eux. La plateforme Café Culture, qui est un fonds d'aide à l'emploi artistique, soutenue à l'échelon national par l'Umih, est un début de solution. Dans les tuyaux également, le concept Faitout, que souhaite lancer la rue d'Anjou pour redynamiser les cafés de campagne. Roland Héguy, président confédéral de l'Umih, qui assiste aux travaux, dénonce à son tour les dérives du collaboratif. Les locations d'appartements meublés qui se professionnalisent en marge de toute contrainte sont un fléau pour l'hôtellerie. « On compte 280 annonces sur l'agglomération troyenne dont plus de moitiés ne sont pas déclarées » déplore Marylin Mathé, vice-présidente départementale de la branche hôtelière. Le parc aubois dénombre 68 hôtels dont 32 se situent à Troyes et agglomération, pour un total de 2206 chambres. Plusieurs projets d'ouverture sont en cours : un Ace Hôtel de 57 chambres à Saint-André les Vergers, un Ibis Budget de 83 chambres à Saint-Parrès aux Tertres, un Brit Hôtel de plus de 60 chambres à La Chapelle-Saint-Luc, un hôtel indépendant 4 étoiles de 52 chambres à Thénelières… Le département affiche un taux d'occupation de 52,8%, un peu plus élevé que dans les départements limitrophes, avec un prix moyen de 55,5 euros. L'impact du Centre de congrès est important sur l'activité. En 2016 « le carnet de commande est bon avec 40 événements confirmés » se félicite l'hôtelière. Parmi eux, deux congrès nationaux (des archivistes et des chargés de sécurité en établissements de soin) et celui international des spécialistes du vitrail. Pour le président de l'Umih 10, Thierry Galy, les chiffres en disent long sur les difficultés de travailler. En 2015 «  58 établissements ont fermé, 17 ont été placés en redressement judiciaire ». Malgré cela, le nombre d'adhérents reste stable. Thierry Galy a d'ailleurs rendu hommage à l'écoute de la directrice de l'Umih 10, Pascal Lancelot, en lui remettant, lundi 14 mars, la médaille du travail : celle-ci fête en effet ses 33 ans au sein du syndicat.

Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion en fiches pratiques
par Jean-Philippe Barret et Eric Le Bouvier
Services