×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Synhorcat : un XIème congrès dense et concret

Vie professionnelle - lundi 18 novembre 2013 10:59
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Le XIème congrès du Synhorcat qui s'est déroulé la semaine dernière à Paris a tenu ses promesses. Des travaux riches, l'annonce, par Sylvia Pinel, que le gouvernement allait montrer au créneau contre les pratiques anticoncurrentielles des OTA ou encore le rapprochement effectif avec la Fagiht… Dans son discours de clôture, Didier Chenet, président du Synhorcat a également demandé un report de la hausse de TVA. Extraits.



Economie : " La crise économique et financière que nos dirigeants croyaient derrière nous, fait rage. (…) Nos entreprises sont confrontées à un recul d'activité sans précédent :-3,5 % en tendance annuelle pour le secteur tout entier, - 1 % pour les hôtels,- 2 % pour les restaurants,- 4,5 % pour les bars,- 7 % pour les traiteurs organisateurs de réceptions. (…) Les charges qui pèsent sur nos entreprises augmentent chaque jour (…) Aujourd'hui, les défaillances d'entreprises atteignent des niveaux record : + 17 % de dépôts de bilan pour notre seul secteur au troisième trimestre 2013. Il y a 20 ans que nous n'avions pas connu de tels chiffres. (…) Nous sommes également confrontés à une crise de confiance de nos clients (…) Un client sur deux n'a pas confiance dans la qualité des plats servis au restaurant. 86 % des clients estiment payer un meilleur prix en passant par une agence de réservation en ligne. (…) Nous sommes enfin confrontés à une crise des vocations et de l'attractivité. L'apprentissage a reculé cette année de 2,5%. "

TVA : " Ensemble, relevons ces défis que les crises nous imposent. Exigeons de l'État qu'il fasse son travail. Que l'Etat adopte une réglementation équitable, loyale et stable pour tous les acteurs.  En premier lieu, je demande une pause fiscale. Une vraie pause, une vraie respiration. Profitons des Assises du Tourisme pour réfléchir ainsi à une fiscalité juste et équitable entre tous les acteurs, professionnels de l'hébergement, de la restauration, OTA,… C'est pourquoi, je demande solennellement aux Services Publics de sursoir à l'augmentation de la TVA. "

Meublés : " Il appartient à l'État, aux parlementaires de venir encadrer la location de meublés touristiques. Nous avons proposé un amendement à la loi Duflot sur le logement, la loi « ALUR » afin que les maires puissent dans le cadre d'autorisations temporaires de mise en location imposer des conditions précises. (…) Nous demandons que dans les villes de 200 000 habitants ainsi que dans celles où existe une tension sur le logement, que la location de meublés touristiques ne puisse être faite à la nuitée pour une durée inférieure à 7 jours."

OTAs : "Nous avons été entendues, Mme Sylvia Pinel, nous a fait l'honneur de nous annoncer, en premier, qu'elle-même, M. Benoît Hamon et Mme Fleur Pellerin, par l'entreprise de la DGCCRF c'est-à-dire des services de Bercy, avait assigné en justice Expedia et d'autres procédures allaient être lancées dans la foulée. C'est une nouvelle étape capitale dans la reprise en main par nos professionnels dans la commercialisation de leurs établissements en direct. (…) Je salue l'engagement et la détermination de Razzi Hamadi qui défend avec courage et conviction notre profession."

Terrasses : "Alors que nous réalisons 30 % de notre chiffre d'affaire sur nos terrasses, moyennant le paiement d'un droit de plus en plus important (parfois même insupportable financièrement), il est inadmissible que ce droit de terrasse continue d'être un droit temporaire, précaire et révocable à tout moment. Je demande que ce droit de terrasse soit sécurisé, qu'il soit attaché à notre fonds de commerce et que nous puissions le transmettre à nos successeurs."

Accessibilité : "La mise aux normes accessibilité doit être ajustée. Comment peut-on accepter que 5 % de nos chambres soient concernés par cette mise en accessibilité quand il n'existe pas une telle demande ? (…) Comment accepter également que la mise en accessibilité d'un restaurant, d'un café, d'une brasserie ait pour conséquence la disparition de plus de 10 % des places disponibles?"

Mutuelle : "Je veillerai aussi personnellement en ma qualité de président du régime de prévoyance à sauver nos régimes de santé et de prévoyance attaqués de tout part à la suite de la fin des clauses de désignation. Nous devons le faire et je suis convaincu que nous pourrons même réduire le taux de cotisation tout en augmentant encore les garanties."

Fait Maison : "La loi consommation qui sera votée définitivement en décembre prochain prévoit l'affichage des plats « faits maison », c'est-à-dire des plats fait sur place à base de produits bruts. (…) Le succès de ce dispositif reposera sur vous. Mais pour que chacun se sente concerné nous proposerons que seuls les établissements affichant des plats « fait maison » sur leurs cartes et menus puissent se prévaloir de l'enseigne restaurant."

Classement hôtelier : "Alors que l'année prochaine s'ouvrira de nouveaux le chantier de la révision des normes hôtelières, je souhaite que celui-ci soit mené à l'aune d'un classement hôtelier européen.  (…) Il nous faut leur proposer le même classement hôtelier d'un pays à l'autre de l'Europe. Ce classement existe. Il s'appelle Hotel Stars Union, HSU."

GNI :" Nous avons Claude Daumas et moi-même décidé de rapprocher nos organisations et de créer le Groupement National des Indépendants. (…) Ensemble, Fagith et Synhorcat, au sein de ce GNI nous travaillons à construire notre avenir. Il en est ainsi du GNI Prestige qui s'adressera à tous les établissements prestigieux que nous avons l'honneur de fédérer très majoritairement au sein de nos deux organisations. Avec l'aide de Pierre Ferchaud, ancien directeur général de palaces comme le Bristol ou le Fouquet´s, avec Gérald Louis Canfaïlla, Directeur Général du restaurant Lasserre et sous la houlette de Laurent Gardinier, Taillevent, Les Crayères (Reims), le Président de notre Branche Prestige mais aussi bien sûr de nos amis de la Fagith : Michel Rochedy, Le Chabichou et Claude Pintureau, l'Anapurna, à Courchevel, et Pascal Droux, les Tresoms, à Annecy. (…) En un seul mois d'existence, nous avons déjà : signé l'avenant sur la modulation du temps de travail qui a vocation à s'appliquer tout particulièrement aux saisonniers ; Signé la convention sur les emplois d'avenir; Saisi l'autorité de la concurrence pour mettre un terme aux pratiques illégales des OTAs"

 
Journal & Magazine
N° 3756 -
01 octobre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Tours de main
par Marcel Mattiussi
Services