×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Édito du journal du 15-11-2012 : "Coût du travail et emploi"

Vie professionnelle - mercredi 14 novembre 2012 11:45
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


En annonçant dès la semaine dernière une mesure choc destinée à relancer la compétitivité des entreprises françaises, le Premier ministre a insisté sur le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE, pour reprendre l'acronyme dont l'usage est si cher à notre administration) susceptible de remédier au principal handicap de notre économie, le coût du travail.

Certes, il faudra attendre les textes définitifs pour apprécier précisément l'impact de ce pacte de compétitivité, mais une baisse évaluée par le Gouvernement à 6 % de la masse salariale pour les rémunérations comprises entre le smic et 2,5 fois ce montant, soit 3 500 € bruts mensuels, devrait concerner environ 85 % des salariés.
Consenti non pas sous forme de baisse des cotisations sociales mais par le biais d'une réduction d'impôt, pour les entreprises qui paient l'impôt sur les sociétés, et d'un crédit pour celles qui ne font pas de bénéfices, cet avantage a pour double objectif de stimuler la capacité concurrentielle de nos industries, et d'accompagner la relance de l'emploi que Pierre Moscovici, ministre de l'Économie, évalue à "plusieurs centaines de milliers de créations de postes" sur les prochaines années.

Il s'agit donc incontestablement d'une bonne nouvelle, en ces temps où les annonces gouvernementales sont davantage consacrées à des hausses de prélèvements qu'à des allégements significatifs.
Raison de plus pour sortir d'un immobilisme qui semble s'être emparé de l'ensemble des acteurs de l'économie depuis l'été, et auquel il est urgent de mettre fin.

Dans le secteur de l'hôtellerie-restauration, à forte intensité de main d'oeuvre, l'effet des mesures annoncées devrait conduire à une relance de l'emploi et des investissements destinés à la fois à améliorer la qualité des prestations mais aussi à engager les indispensables investissements de modernisation. Un acte de foi en l'avenir, quel que soit le taux de TVA, sur lequel il revient à la profession de faire valoir ses arguments auprès du monde politique.
L. H.

Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Inspirations et tendances culinaires
par Tiphaine Campet
Services