×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

L'Upih dit stop aux excès des OTA

Vie professionnelle - lundi 1 octobre 2012 09:07
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Versailles (78) Les hôteliers de l'Upih montent au créneau contre les pratiques des opérateurs en ligne et notamment de Booking jugées excessives. Un questionnaire est en cours d'envoi auprès des adhérents sur les relations entretenues entre les professionnels et les sites. Explications de Philippe Pain, président de la branche hôtels de l'Upih et membre de la Fédération Française de l'Hôtellerie de l'Umih.



Philippe Pain, président des hôteliers de l'Upih est hôtelier à Versailles.
Philippe Pain, président des hôteliers de l'Upih est hôtelier à Versailles.

Le constat n'est pas nouveau mais il ne va pas en s'améliorant. En effet, depuis le début de l'année, les hôteliers font l'objet de nouvelles dispositions de la part de Booking notamment, qui sont avant tout des « contraintes » dénonce Philippe Pain, président des hôteliers de l'Upih. « Depuis janvier, les avis sur Booking sont devenus anonymes. Or, je vous rappelle que nous sommes sur un site marchand. Ce qui veut dire que tout le monde peut dire tout et n'importe quoi ». Autre sujet de mécontentement : « le 23 août, nous avons reçu un courriel de Booking nous annonçant qu'ils n'allaient plus nous communiquer les trois chiffres au dos de la carte bancaire (le CVC), sauf réponse contraire de notre part avant le 27 août. C'est une période ou chargée ou de fermeture pour un hôtel et nous laisser que cinq jours pour répondre est tout simplement scandaleux. Beaucoup de professionnels n'ont pas pu répondre à ce message et se retrouvent coincés si le client de vient pas ». Dans la série encore, «mi-septembre, le site nous indique qu'ils vont revendre automatiquement les chambres annulées par le clients. Certes, c'est une proposition de fonctionnalité mais il nous a laissé encore que très peu de temps pour répondre, c'est-à-dire, pouvoir mesurer de l'effet de la mesure ». A partir d'octobre – et cette fois ce n'est pas une option – le site ne diffuse plus aux hôteliers les e-mails des clients : « nous ne sommes plus maîtres de la commercialisation de nos chambres. L'opérateur s'empare de la clientèle » s'insurge le dirigeant syndical. L'Upih, présidée par Christian Navet, avec l'Umih 75, dirigée par Bertrand Lecourt, ont donc décidé d'envoyer aux adhérents d'Ile de France un questionnaire sur les relations entretenues avec les OTA. « C'est très important de répondre. Car nous allons pouvoir à partir de leurs réponses dresser un état des lieux ». Philippe Pain souhaite aussi que les réponses puissent leur parvenir avant novembre, c'est-à-dire avant le démarrage de la consultation publique sur la certification Afnor qui concernera cet aspect du Net.
Sylvie Soubes

Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Fonds de commerce : création, achat, reprise et vente
par Maître Sophie Petroussenko
Services