×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Édito n°3304 du 23 août 2012 : "Voie étroite"

Vie professionnelle - mercredi 22 août 2012 14:41
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Inutile de se voiler la face ou de se mettre la tête dans le sable : la conjoncture économique de la zone euro, et donc de la France, est considérablement dégradée depuis plusieurs mois et les raisons d'espérer une reprise rapide ne sont pas légion.

Cette situation impose notamment aux pouvoirs publics des principales économies concernées une politique de rigueur qui ne veut certes pas dire son nom mais qui n'en est pas moins obligatoire face à une dure réalité qui se compose de ralentissement d'activité, de chômage, de baisse du pouvoir d'achat, de fermetures d'usines et bien évidemment de fortes et légitimes inquiétudes de l'opinion publique.

Or, le Gouvernement français, plus soucieux d'idéologie que de pragmatisme, a engagé son mandat en annonçant une série de mesures - notamment fiscales - plus susceptibles de contracter une activité déjà bien faible que de créer une salutaire relance.

Et malgré les dénégations officielles de toute hausse de fiscalité indirecte au nom de la défense du pouvoir d'achat, intention louable il est vrai, il n'est pas irréaliste de songer à des 'ajustements' (le mot passe mieux que 'hausse') catégoriels comme l'ont fait d'autres gouvernements confrontés à la gestion de leurs finances publiques.

C'est le sens de la mission confiée à Thomas Thévenoud, député de Saône-et-Loire chargé par la Commission des finances de l'Assemblée nationale d'une réflexion sur l'avenir de la TVA. Et il n'est pas besoin d'être dans les secrets de Bercy pour songer que les activités soumises à un taux dérogatoire seront bien évidemment examinées avec le plus grand soin par les parlementaires désireux d'aider le Gouvernement à mettre de l'ordre dans ses dépenses, la solution la plus simpliste étant bien évidemment d'augmenter les recettes.

Certes, les représentants des organisations professionnelles ont de très bons arguments à faire valoir pour continuer à travailler avec un taux de TVA à 7 %. Ils ont eu l'occasion d'en expliciter toutes les raisons et les bienfaits lors de leurs rencontres estivales avec la représentation nationale. Il n'empêche que la voie reste étroite, et la vigilance plus impérative que jamais.
L. H.

Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Spa : check-list pour ouvrir
par Perrine Edelman
Services